Corruption à la Fifa : Interpol émet six demandes d'extradition

le
0
Corruption à la Fifa : Interpol émet six demandes d'extradition
Corruption à la Fifa : Interpol émet six demandes d'extradition

L'étau se resserre autour de la Fifa. Interpol a émis mercredi six notices rouges, ce qui équivaut à des avis de recherche ou des demandes d'extradition, à l'encontre de six personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'un des scandales de corruption à la Fifa. Deux ex-dirigeants, Jack Warner, ancien vice-président, et Nicolas Leoz, ancien membre du comité exécutif, sont notamment visés. Les quatre autres sont des dirigeants d'entreprises orbitant autour du football. 

La diffusion de ces notices intervient au lendemain de la démission de Sepp Blatter, le président de la Fifa, au coeur d'une tempête sur des soupçons de corruption aux proportions inédites et portant sur l'attribution de compétitions et de droits audiovisuels.

Ancien vice-président de la Fifa et président de la Fédération des Caraïbes (CFU), Jack Warner a été été placé en garde à vue durant 24 heures après s'être présenté volontairement il y a une semaine devant les services anti-fraude de la police locale de Trinidad et Tobago, dont il est originaire. Il a été libéré après le versement d'une caution d'environ 400 000 dollars (360 000 euros).

Trois suspects introuvables

Autre hiérarque mis en cause par la justice américaine, le Paraguayen Nicolas Leoz, ancien membre du Comité exécutif de la Fifa, et ancien président de la Conmebol, assigné à résidence depuis lundi par la justice de son pays. 

Quatre dirigeants d'entreprises de marketing sportifs figurent également dans la liste, dont les Argentins Alejandro Burzaco, dirigeant de Torneos y competencias, ainsi que Hugo Jinkis et son fils Mariano, patrons de Full Play SA, société notamment détentrice des droits TV des matches de qualifications sud-américains pour le Mondial.

Ces trois derniers sont actuellement fugitifs, non localisés, et activement recherchés par la police argentine qui a fait irruption la semaine dernière au siège de ces deux entreprises. Le Brésilien Jose ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant