CORRECTION-L'opposition syrienne demande l'arrêt des frappes aériennes

le , mis à jour à 15:02
0
 (au 7e paragraphe, corrige l'orthographe du village) 
    BEYROUTH, 21 juillet (Reuters) - La Coalition nationale 
syrienne (CNS, opposition) a demandé la suspension des frappes 
aériennes de la coalition menée par les Etats-Unis contre 
l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie en attendant les 
conclusions de l'enquête sur la mort de dizaines de civils lors 
d'un raid près de la ville de Manbij, dans le nord du pays.  
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé en 
Grande-Bretagne, a déclaré qu'au moins 56 civils avaient été 
tués par des frappes aériennes au nord de Manbij mardi. La 
veille, il avait fait état de la mort de 21 civils au nord de la 
ville, tenue par l'EI.   
    Le président de la CNS, Anas al Abdah, a déclaré que les 
frappes devraient être suspendues pendant l'enquête sur les 
causes de ces décès, selon un communiqué publié mercredi soir, 
et il a averti que la mort de civils dans des opérations 
militaires de la coalition risquaient de devenir "un outil de 
recrutement pour des organisations terroristes". 
    "Il est essentiel qu'une telle enquête aboutisse non 
seulement à une révision des procédures pour les opérations 
futures mais aussi qu'elle permette de mettre en cause ceux qui 
sont responsables de telles violations majeures", a écrit Anas 
al Abdah aux ministres des Affaires étrangères de pays de 
l'alliance anti-EI. 
    Le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, a déclaré 
mercredi que les forces conduites par les Etats-Unis allaient 
enquêter sur les informations faisant état de pertes civiles 
autour de Manbij. 
     
    DAMAS MET EN CAUSE LES FORCES FRANÇAISES ET AMÉRICAINES 
    L'OSDH a précisé que 11 enfants figuraient les victimes de 
la frappe de mardi.  
    Le ministère syrien des Affaires étrangères a déclaré que la 
frappe de mardi, qui a touché le village de Toukhar, au nord de 
Manbij, avait été menée par les forces françaises et celle de 
lundi par les forces américaines. 
    La Syrie "condamne dans les termes les plus forts les deux 
massacres sanglants perpétrés par des avions militaires français 
et américains et ceux affiliés à la prétendue coalition 
internationale qui ont tiré leurs missiles et leurs bombes sur 
des civils au lieu de viser des bandes de terroristes", 
déclare-t-il dans une lettre adressée aux Nations unies, selon 
l'agence de presse officielle Sana. 
    Un porte-parole de la coalition emmenée par les Etats-Unis a 
déclaré que "des avions de multiples nations procédaient à des 
frappes à Manbij". "Donc, comment le gouvernement syrien sait-il 
qui a procédé à telle ou telle frappe, je me le demande", a-t-il 
ajouté. 
    L'Armée syrienne libre, qui regroupe différentes factions 
luttant à la fois contre le régime syrien et contre l'EI, a elle 
aussi condamné ce qu'elle appelle "des massacres choquants". 
    "Nous ne permettrons pas qu'un crime soit justifié par le 
combat contre le terrorisme", a-t-elle dit dans un communiqué 
signé par plus de 30 factions différentes. 
     
 
 (Dominic Evans; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant