CORR-Sarkozy promet plus de souplesse pour l'agriculture

le
5
CORR-SARKOZY PROMET PLUS DE SOUPLESSE POUR L'AGRICULTURE
CORR-SARKOZY PROMET PLUS DE SOUPLESSE POUR L'AGRICULTURE

Correction. Bien lire au 2e paragraphe Agra Presse et la France Agricole.

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy s'est prononcé pour une simplification des normes environnementales pour l'agriculture, estimant que le secteur ne devait pas être exposé à des contrôles tatillons "sur des textes parfois difficiles, voire impossibles à appliquer."

Dans une interview à Agra Presse et au magazine La France agricole publiée vendredi à la veille de l'ouverture du Salon de l'agriculture, le président-candidat défend en outre la filière des biocarburants, épinglée dans le dernier rapport de la Cour des comptes pour les subventions élevées qu'elle reçoit.

"Il y a trop de suspicions à l'endroit des agriculteurs. Ils ne sont pas les ennemis de l'environnement, de la nature. Bien au contraire !", assure-t-il.

"Tout agriculteur tire ses ressources de cet environnement et de la nature. Son intérêt est de les préserver", ajoute-t-il.

Depuis qu'il a déclaré au Salon de l'agriculture 2010 que l'environnement "ça commence à bien faire", sur fond de reconquête d'un électorat agricole qui l'avait déserté aux scrutins intermédiaires, le président-candidat revient régulièrement sur ce thème, non sans dénoncer les positions "sectaires" des écologistes.

Dans une interview récente à l'agence Reuters, le président de la FNSEA, le principal syndicat agricole, Xavier Beulin, avait déclaré que la question de la relation "difficile" entre agriculture et écologie devrait être centrale dans leur choix pour les élections du printemps.

Il ajoutait que si les agriculteurs ont senti ces deux dernières années un Nicolas Sarkozy "plus proche de leurs préoccupations", la réalité sur le terrain était tout autre du fait notamment de la politique liée au Grenelle de l'environnement.

TRACASSERIES ADMINISTRATIVES

Le message semble avoir été entendu.

"Ce qui pose problème, ce sont les contrôles tatillons sur des textes parfois difficiles voire impossibles à appliquer, et pouvant donner lieu à interprétation. Il faut absolument que les administrations de l'Agriculture et de l'Environnement dialoguent pour appliquer les normes", dit Nicolas Sarkozy dans l'interview.

Il prend l'exemple de la politique de l'eau, qui a valu à la France de nombreuses sanctions au niveau européen et dans laquelle il voit "l'incarnation de la complexité et de l'allègement nécessaire".

"Je continue à penser qu'il faut des règles environnementales, c'est l'intérêt des agriculteurs mais en même temps il faut comprendre que les agriculteurs doivent pouvoir se battre sur les marchés mondiaux et ne pas leur imposer des contrôles qui prennent la forme de tracasseries administratives auxquelles personne ne comprend rien", indique-t-il.

Prié de dire s'il entend poursuivre la politique d'aide aux biocarburants malgré les critiques de la Cour des comptes, il répond :

"Oui, pour deux raisons. La première c'est que cela crée un revenu complémentaire aux agriculteurs. La seconde c'est que cela nous permet de remplir les objectifs européens en matière d'émission de CO2."

"Je me suis engagé à développer cette voie car elle ouvre la voie aux biocarburants de seconde génération. J'attends bien mieux de la seconde génération qui n'existerait pas si nous n'avions pas lancé la première", ajoute-t-il.

Yann Le Guernigou, édité par Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Orange37 le vendredi 24 fév 2012 à 18:17

    @M1625665 vous devez être islamiste pour en vouloir autant aux porcs. Quel maîtrise de la langue française, même Mme Morano est dépassée par tant de délicatesse.

  • M1625665 le vendredi 24 fév 2012 à 16:15

    Le lapin duracell vaut 10 000 PORCINET BOUTONNEUX n'en déplaise à ORANGEPOURRIE

  • Orange37 le vendredi 24 fév 2012 à 16:06

    Nicolas en 2007 "Le développement durable doit devenir une dimension essentielle de toute l’action publique. Ce n’est pas un choix,c’est une urgence,une nécessité. Mais ce que nous pouvons choisir, c’est d’en faire une chance pour la croissance et nos emplois". Qui croire le lapin Duracell de 2007, ou celui de 2012. Nicolas nous aurait menti..

  • dream42 le vendredi 24 fév 2012 à 16:00

    mosanto remercie sarko

  • M3101717 le vendredi 24 fév 2012 à 15:54

    Et plus de rigueur pour tous !!! Enfin, tous les pôvres, le peuple...