CORR-Réciprocité des contraventions routières entre France et Italie

le , mis à jour à 15:28
0
 (Bien lire jeudi, § 1) 
    NICE, 7 janvier (Reuters) - Les conducteurs français et 
italiens verbalisés par les radars automatiques doivent 
désormais s'acquitter des amendes de chaque côté de la 
frontière, a annoncé jeudi Emmanuel Barbe, délégué 
interministériel à la sécurité routière.  
    Un échange d'information entre les deux pays permet, depuis 
le 1er janvier, d'obtenir les coordonnées des véhicules pris en 
flagrant délit d'excès de vitesse ou de franchissement de feu 
tricolore.  
    "Grâce à ce système nous aurons les adresses et pouvons 
adresser les contraventions en langue italienne", a dit Emmanuel 
Barbe lors d'une conférence de presse à la préfecture de Nice. 
    "En Italie, qui compte environ 2.000 radars contre 4.200 en 
France, la fin de la récréation est aussi sifflée pour les 
Français", a-t-il ajouté. 
    En revanche, les contrevenants ne perdront pas de points sur 
leur permis de conduire.  
    "Nous travaillons sur un permis virtuel pour les conducteurs 
étrangers flashés, cela permettrait pas exemple de leur 
interdire de circuler s'ils n'ont plus de point mais cela est à 
l'étude", a indiqué Emmanuel Barbe.  
    L'an dernier, 420.000 véhicules italiens ont été flashés en 
France, dont 158.000 rien que dans les Alpes-Maritimes sans 
pouvoir être verbalisés.  
    Une directive européenne prévoyait cet accord de réciprocité 
depuis plusieurs années mais n'était pas encore entrée en 
vigueur entre la France et l'Italie alors que c'est déjà le cas 
avec la Belgique, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Roumanie, la 
Pologne, l'Espagne et bientôt le Royaume-Uni, l'Irlande et le 
Danemark.  
    Cette annonce survient alors que la mortalité routière en 
2015 devait être en augmentation en France.  
 
 (Matthias Galante, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant