CORR-Ralentissement "notable" de la demande de pétrole

le
0
RALENTISSEMENT NOTABLE DE LA DEMANDE DE PÉTROLE
RALENTISSEMENT NOTABLE DE LA DEMANDE DE PÉTROLE

LONDRES (Reuters) - Correction officielle : bien lire 150.000 et non 65.000 pour la révision de la croissance de la demande en 2014

Le rythme de croissance de la demande mondiale de pétrole ralentit de façon "notable" en raison de la faiblesse des économies chinoise et européenne, alors que l'offre augmente régulièrement, notamment en Amérique du Nord, annonce jeudi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

"Le récent ralentissement de la croissance de la demande n'est rien moins que notable", écrit l'agence dans son rapport mensuel, tout en révisant en baisse ses prévisions pour les années 2014 et 2015.

"Malgré l'absence de tout signe d'apaisement des conflits en Irak et en Libye, leur impact sur le marché mondial du pétrole et sur les prix reste amorti par la baisse du rythme de croissance de la demande et l'abondance de l'offre", dit-elle.

L'AIE note que la croissance de la demande pour le seul deuxième trimestre est retombée près de son plus bas niveau en deux ans et demi.

Pour l'ensemble de l'année 2014, l'agence a abaissé de 150.000 barils par jour à 900.000 bpj sa projection de croissance de la demande de pétrole et pour l'année 2015, elle a revu son estimation en baisse de 100.000 bpj à 1,2 million de bpj.

"Les économies de la zone euro, qui sont déjà confrontées à la stagnation, se rapprochent dangereusement de la déflation. Le risque étant de voir la baisse des prix européens déclencher un spirale déflationniste qui entraînerait de nouvelles contractions de l'activité, les intervenants du marché reportant leurs investissements et leurs décisions d'achat", dit-elle.

La Chine, deuxième consommateur mondial de pétrole derrière les Etats-Unis, ne devrait pas voir sa demande de pétrole croître beaucoup plus que de 2%, estime l'AIE.

Les prix du pétrole sont tombés sous les 100 dollars le baril ce mois-ci pour la première fois en plus d'un an, victimes de la faiblesse de la demande et de l'abondance de l'offre.

L'AIE s'attend à ce que l'offre non-Opep augmente de 1,6 million de bpj en 2014 et encore de 1,3 million de bpj en 2015 avec le développement du pétrole de schiste en Amérique du Nord.

Cela signifie que le monde aura moins besoin du pétrole de l'Opep, ce qui a amené l'AIE à abaisser son estimation de la demande de pétrole brut de l'Opep et des stocks en 2015, de 300.000 bpj à 29,6 millions de bpj contre 30,31 millions produits en août.

A la suite de la baisse des prix, le marché du pétrole s'est retrouvé dans une structure telle que les prix au comptant sont moins élevés que les prix à terme, ce qui encourage les compagnies pétrolières à stocker pour vendre plus tard.

L'AIE ajoute que la constitution de stocks de pétrole renforce la sécurité de l'approvisionnement en énergie et assure un bon tampon contre toute perturbation de l'offre.

(Christopher Johnson et Dmitry Zhdannikov, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant