CORR : Natixis AM évalue les risques du décrochage de la Bourse chinoise sur les marchés européens

le
0

(AOF) - Une erreur s'était glissée dans notre dépêche précédente à propos des risques du décrochage de la Bourse chinoise, il s'agissait de Natixis AM et non de Natixis Global AM.

Natixis Asset Management évalue les risques pour les marchés européens suite au fort décrochage de la Bourse chinoise pour la première séance de 2016, et après deux journées de relative stabilité, où les indices de Shanghai et Shenzhen ont de nouveau plongé jeudi 7 janvier (-11,7 % sur l'indice composite de Shanghai) et les coupe-circuit ont de nouveau été très rapidement activés puis supprimés. Ces deux décrochages répétés ont alimenté des fortes baisses sur les places financières, en Europe et aux Etats-Unis.

Ainsi, à la clôture du 7 janvier dernier, les indices européens affichaient des baisses supérieures à 5 % depuis le début de la semaine et même de plus de 7 % sur l'indice allemand DAX30.

Par ailleurs, les cours des matières premières industrielles et énergétiques, dont les variations dépendent encore beaucoup des perspectives de demande chinoise, cristallisent ces craintes. La rechute du PMI manufacturier Caixin-Markit a participé à l'accélération de la baisse des prix du pétrole brut et a renforcé les inquiétudes sur la croissance de l'activité chinoise. L'exacerbation des tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran a même été mise de côté, alors qu'il s'agit de faits politiques et géopolitiques qui peuvent devenir structurant. Il est vrai que si ces tensions ne débouchent pas sur un conflit ouvert, elles pourraient se traduire par une augmentation de l'excès d'offre de pétrole.

Cela ajoutées aux effets prix des matières premières, les économies développées subissent les effets du ralentissement des économies émergentes. Ce dernier constat est renforcé par le fait que les taux de changes de nombreuses économies émergentes ont fortement baissé ces derniers mois, renchérissant les prix des produits importés des États-Unis ou de la zone euro.

"Au mois d'août dernier et durant cette première semaine de l'année, la chute des indices boursiers chinois a donc contaminé les bourses occidentales. Cette "contagion" s'explique essentiellement par le regain de craintes sur les perspectives de croissance en Chine et par les répercussions éventuelles d'une dégradation plus marquée de la conjoncture chinoise sur les économies émergentes et, plus généralement, sur la croissance économique mondiale" explique Yves Maillot, directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management.

Trois commentaires semblent intéressants à souligner en terme de comportements de valeurs et de positionnement technique :

D'un point de vue sectoriel, après la correction chinoise de la fin de l'été 2015, ce nouvel accès de faiblesse sur la Chine a pour conséquence immédiate une contre-performance des secteurs et valeurs dont le profil de profits et de risque est sensible à l'exposition géographique sur ce marché (secteur automobile, biens d'équipement et secteur du luxe plus particulièrement cf. effets devises décrits précédemment).

D'un point de vue pays, et compte tenu de son allocation sectorielle, c'est bien évidemment le marché allemand (et accessoirement suédois) qui a été le plus affecté sur les deux premières séances de l'année (du 4 et 5 janvier) avec un recul de l'indice DAX de -4,03 % (OMX30 en Suède en recul de -4,13 % sur l'ensemble des deux séances).

Cependant, la réaction des places boursières occidentales au regain d'inquiétude sur les perspectives conjoncturelles de la Chine est sans doute un peu exagérée souligne le groupe, mais elle arrive à un moment charnière suite au premier relèvement de taux directeur américain. Toutefois, même si l'activité économique devrait être peu affectée, il existe des " canaux de transmission ", via les cours des matières premières et, surtout, via les profits réalisés dans des zones où les taux de change se déprécient rapidement.

Évidemment, les montées et chutes brutales de la volatilité actions vont exiger une grande souplesse dans l'aptitude à " travailler " les positions de marché d'un point de vue tactique. Les points techniques " supports/résistances " à attentivement regarder pour les séances prochaines se situent à : 4230/ 4280 comme supports et 4400 puis 4500 points pour le CAC40 avant une résistance à la hausse sur la zone 4650/4670 (clôture du 8 janvier à 4333,76), 2980 comme support et 3100 puis 3140 points / 3180 points (clôture du 5/01) pour l'indice EuroStoxx50 avec une résistance haussière à 3275 (clôture du 8 janvier à 3033,47).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant