CORR-LEAD 1-Lloyds relève de £900 mlns ses provisions pour litiges

le
0

(Correction du montant des provisions dans le titre) * Les provisions dans le dossier des assurances-emprunteurs portées à £11,3 mds * Des provisions supplémentaires de $1 md possibles en 2015 - Citi * Suppression de 9.000 postes, fermeture de 200 agences confirmées * Lloyds confiant dans sa capacité à passer les stress tests de la BoE * Confiance dans un retour au dividende au titre de 2014 par Matt Scuffham et Steve Slater LONDRES, 28 octobre (Reuters) - LLoyds Banking Group a dit mardi qu'il allait provisionner 900 millions de livres (1,14 milliard d'euros) supplémentaires pour faire face aux coûts potentiels de dédommagement liés à la commercialisation de produits d'assurance-emprunteur dans des conditions litigieuses, un nouveau coup dur pour la banque britannique qui n'a passé que de justesse les tests bancaires européens. La nouvelle provision passée dans les comptes du troisième trimestre porte à 11,3 milliards de livres le montant mis de côté par LLoyds dans le dossier des litiges sur les produits d'assurance-emprunteur, de loin le plus élevé parmi les banques concernées et représentant près de la moitié du total des provisions constituées par le secteur. Le directeur financier, George Culmer, a dit qu'il ne pouvait pas exclure des provisions supplémentaires à l'avenir et les analystes de Citi estiment que la banque devra encore provisionner 1 milliard de livres sur ce risque l'année prochaine. Ces nouvelles sont un nouveau coup dur pour la banque détenue à hauteur de 25% par le gouvernement britannique et qui n'a passé que de justesse les tests de résistance à d'éventuels chocs conduits par les autorités bancaires européennes et dont les résultats ont été publiés dimanche. Comme les autres établissements bancaires britanniques, Lloyds est aussi soumis à un examen de solidité financière par la Banque d'Angleterre, dont les résultats seront publiés en décembre. Ces tests de la BoE, qui prennent comme hypothèse une chute des prix de l'immobilier de 35% et une remontée des taux d'intérêt jusqu'à 6%, seront particulièrement sensibles pour Lloyds, premier intervenant sur le marché hypothécaire britannique. Ils seront déterminants pour qu'elle obtienne de ses autorités de tutelle le feu vert à la reprise du paiement d'un dividende auquel la banque a renoncé depuis son renflouement sur fonds publics à hauteur de 20,5 milliards de livres lors de la crise financière de 2007-2008. "Si un échec (aux tests de la BoE) ne devrait pas avoir de conséquence en termes d'augmentation de capital, nous n'anticipons plus un retour au paiement d'un dividende au titre de 2014", a dit Ed Firth, analyste chez Macquarie. Culmer s'est dit confiant dans la capacité de la banque à passer les tests de la BoE et à obtenir l'autorisation de verser un dividende "modeste" au titre de l'exercice 2014. SUPPRESSIONS DE POSTES, FERMETURES D'AGENCES "Les discussions portent sur les résultats, ils regardent le capital et ils regardent les tests de résistance. Nous considérons que nous sommes en bonne position au regard de ces trois critères au moment où nous abordons ces discussions (sur le dividende)", a-t-il dit. L'action LLoyds est en baisse de 1,84% à la Bourse de Londres vers 09h55 GMT. Lloyds a confirmé son plan de suppression de 9.000 postes sur les trois prochaines années et de fermeture de 200 agences, qui avait été préalablement annoncé. Elle prévoit toutefois d'ouvrir 50 agances nouvelles. La réduction nette du nombre d'agences sera de 6% et le directeur général du groupe Antonio Horta-Osorio a dit qu'il s'attendait à ce que ses concurrents ferment plus d'agences sur la même période, ce qui devrait permettre à LLoyds de gagner des parts de marché. Dans le cadre du plan stratégique sur trois ans, présenté à l'occasion de la publication des comptes du troisième trimestre, Lloyds a dit prévoir d'investir un milliard de livres dans les technologies numériques. La banque prévoit d'augmenter son portefeuille de prêts en Grande-Bretagne de 30 milliards de livres sur la période. Elle a fait état d'un résultat opérationnel de 2,2 milliards de livres au titre du troisième trimestre, en hausse de 41% par rapport à la même période un an auparavant, grâce à une forte chute des pertes sur créances douteuses. Le résultat net est quant à lui ressorti à 745 milliards de livres. (Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant