CORR-LEAD 1-France-Le gouvernement ferme sur la réforme scolaire

le
0

(Correction, année des émeutes à Clichy-sous-Bois § 13) * La réforme va s'appliquer "dans toutes les villes", dit Hollande * "L'école n'est pas un champ de bataille politique", dit Vallaud-Belkacem * Visite présidentielle dans un collège de la banlieue parisienne CLICHY-SOUS-BOIS, Seine-Saint-Denis, 2 septembre (Reuters) - L e gouvernement français est resté ferme mardi, jour de rentrée, sur l'application de la réforme des rythmes scolaires, menaçant de saisir les tribunaux administratifs pour faire ouvrir les écoles dans les communes dirigées par des maires récalcitrants. En visite dans un collège de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis, François Hollande a confirmé qu'elle allait "s'appliquer dans toutes les villes, dans tous les villages de France pour pouvoir permettre que les élèves puissent avoir le temps qui doit leur être consacré pour apprendre et, en plus, des activités périscolaires qui relèvent des collectivités locales". Présente aux côtés du président, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem a déploré les débats qui entourent cette réforme. "L'école n'est pas un champ de bataille politique, l'école est un lieu de connaissance, d'apprentissage, un lieu qui fait fructifier notre jeunesse", a-t-elle dit devant la presse. "Au nom de cette jeunesse, au nom du savoir qu'on lui transmets, prenons chacun nos responsabilités." La ministre de l'Education a réitéré sa mise en garde aux maires récalcitrants, une vingtaine selon ses services, comme Nicolas Dupont-Aignan, qui avait prévu de poser des cadenas sur les grilles des écoles de sa commune de Yerres (Essonne). "Nous ferons en sorte que le tribunal administratif puisse les enjoindre d'ouvrir l'école", a--elle déclaré mardi sur France 2, peut avant la rentrée des classes. "Quasiment partout sur le terrain, les élus, les acteurs de la communauté éducative, se sont organisés pour que tout se passe bien". PLAN POUR LE NUMÉRIQUE À L'ÉCOLE "Il y a cette majorité-là, il y a des communes où des difficultés objectives se présentent et nous sommes là pour les aider, et d'autres communes où on veut faire un sujet de politique politicienne", a-t-elle estimé. La nouvelle ministre, qui a hérité du portefeuille à la faveur du remaniement gouvernemental la semaine dernière, a une nouvelle fois réfuté les arguments des maires qui disent ne pas pouvoir assumer le coût des activités périscolaires. "L'Etat a mis des moyens financiers à la disposition des communes, ce n'est pas comme si on leur avait demandé de tout payer de leur poche", a-t-elle rappelé. "On est entre 100, 140 euros d'aides par enfant, et ça va perdurer dans le temps, nous avons obtenu de prolonger sur l'année 2015-16." La loi pour la "refondation de l'école", qui a entériné le passage à cinq matinées et l'organisation d'activités sur le temps ainsi dégagé l'après-midi, prévoit une aide forfaitaire de 50 euros par an et par enfant. Les Caisses d'allocations familiales peuvent abonder l'aide à hauteur de 54 euros par an et par enfant, et une dotation supplémentaire de 40 euros est prévue pour certaines villes au titre de la "solidarité" rurale ou urbaine. Lundi, Najat Vallaud-Belkacem avait rappelé aux maires qui n'appliqueraient pas la réforme des rythmes scolaires qu'ils s'exposaient personnellement à des sanctions. A Clichy-sous-Bois, ville populaire emblématique d'où partit une vague d'émeutes dans les banlieues françaises en 2005, François Hollande et Najat Vallaud-Belkacem ont visité un collège où quelque 600 élèves ont fait leur rentrée. Dans cet établissement équipé de centaines d'ordinateurs, le chef de l'Etat a placé la rentrée sous le signe du numérique. Il a souhaité la mise en oeuvre, d'ici la rentrée 2016 et en vertu d'un financement qui reste à définir, d'un plan pour le numérique à l'école déjà évoqué à plusieurs reprises depuis le début de son quinquennat. "Le numérique, ça doit être une grande ambition pédagogique", a dit le président. "La France doit être la meilleure dans le numérique." (Gregory Blachier, avec Elizabeth Pineau à Clichy-sous-Bois, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant