CORR-France-L'écart FN-UMP se resserre pour les départementales-Odoxa

le
0

(Bien lire départementales, § 1) PARIS, 9 mars (Reuters) - Le Front national reste en tête de intentions de vote pour le premier tour des départementales du 22 mars mais l'écart qui le sépare de l'UMP diminue et le parti de Nicolas Sarkozy peut espérer un raz-de-marée avec les reports de voix favorables au second tour, selon un sondage Odoxa pour RTL publié lundi. Le parti de Marine Le Pen est crédité de 31% des voix au premier tour, soit deux points de moins que dans une enquête publiée le 2 mas, et l'association UMP-UDI de 29% (+2 points). Le Parti socialiste et ses alliés sont à 21% (+1 point), le Front de gauche à 8% (-1 point), le Modem à 7% (+1 point) et Europe Ecologie-Les Verts à 4% (stable). En cas de second tour entre le PS et le Front national, 45% des électeurs UMP-UDI s'abstiendraient, 27% voteraient pour le candidat socialiste et 28% pour le frontiste. Dans l'hypothèse d'un duel UMP-FN, 52% des électeurs PS choisiraient l'UMP et 40% s'abstiendraient alors que les voix du FN se reporteraient à 50% sur l'UMP et 5% seulement sur le PS si le deuxième tour met aux prises un candidat de la droite traditionnelle et un socialiste. Odoxa souligne que le Front national, si son score s'annonce historique, dispose de l'électorat sociologiquement le plus enclin à l'abstention (jeunes et catégories populaires) et qu'il est possible qu'il n'atteigne pas 30% des voix le 22 mars, voire qu'il soit devancé par l'UMP. Malgré ses très hauts scores de premier tour, le FN peut très bien ne gagner aucun département, estime encore l'institut. "Tout au plus peut-il espérer gagner 1, 2 ou 3 des départements sur la dizaine qu'il vise." Pour le second tour, les reports de voix "annoncent surtout un raz-de-marée pour l'UMP et une déroute historique pour le PS", qui pourrait perdre plus de la moitié des départements qu'il détient aujourd'hui. Le sondage a été réalisé les 5 et 6 mars auprès d'un échantillon représentatif de 800 personnes de 18 ans et plus interrogées par internet. L'enquête complète : http://bit.ly/194vdLB (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant