CORR-Cyclisme: Boasson Hagen saisit sa chance dans le Dauphiné

le
0

Correction de la ville de départ du contre-la-montre au 8e paragraphe.

par Gilles Le Roc'h

LA CLAYETTE, Saône-et-Loire (Reuters) - Edvald Boasson Hagen a su saisir mercredi l'occasion de rappeler qu'il est un des meilleurs coureurs au monde en s'imposant au sprint dans la troisième étape du Critérium du Dauphiné disputée sur 167 km entre Givors et La Clayette.

Le coureur du Team Sky a souvent dû mettre un voile sur ses ambitions cette saison, devancé par ses leaders Bradley Wiggins et Mark Cavendish.

Le Norvégien, déjà plus de 60 victoires à son actif à 25 ans, a un statut peu en phase avec ses qualités, lui qui serait le numéro un de toute autre équipe, mais il a préféré, mercredi, s'épancher sur son succès du jour, acquis seul.

"Dans la deuxième étape j'ai roulé toute la journée derrière les échappés et pour le maillot jaune de Bradley Wiggins", a-t-il souligné à l'arrivée.

"Aujourd'hui, toute l'équipe a travaillé pour le protéger et moi j'avais un peu plus de liberté. Dans le final, je me suis débrouillé pour trouver ma place tout seul. J'y suis parvenu à 150 mètres de la ligne d'arrivée."

Le double vainqueur d'étape du Tour de France 2011, où il était libre de faire travailler l'équipe pour lui après l'abandon de Wiggins en première semaine, eut tout le temps de savourer son cinquième succès de la saison mercredi sur la ligne.

Il y a nettement devancé l'Allemand Gerald Ciolek pour qui le champion de France Sylvain Chavanel avait pourtant fourni un gros effort, et le Slovène Borut Bozic.

Cette étape, coincée entre une rude journée ardéchoise et le très long contre-la-montre de jeudi entre Villié-Morgon et Bourg-en-Bresse, a été animée par la vaine échappée de deux Espagnols, Luis Mate et Egoï Martinez que les équipes Argos-Shimano et FDJ-BigMat se sont appliquées à faire rentrer dans le rang à 16 kilomètres de l'arrivée.

LE CHRONO EN JUGE DE PAIX

Il est bien évident que les favoris de ce Critérium, Bradley Wiggins et Cadel Evans, classés dans cet ordre et séparés d'une seconde au classement général, avaient en tête l'épreuve chronométrée qui sera leur juge de paix.

Le contre-la-montre de jeudi s'annonce comme l'un des plus longs de l'année, peut-être aussi l'un des plus difficiles, le parcours entre les vignobles du Beaujolais à Bourg-en-Bresse étant sérieusement vallonné.

Les écarts promettent d'être énormes entre les spécialistes de l'exercice: Wiggins, Evans, le champion du monde Tony Martin, Sylvain Chavanel, le Slovène et ancien vainqueur de l'épreuve Janez Brajkovic, le Britannique David Millar et le vainqueur du prologue Luke Durbridge viseront tous la victoire.

A un degré moindre, l'Espagnol Luis-Leon Sanchez, le Français Jérôme Coppel s'il est dans un bon jour, le Russe Denis Menchov et le Hollandais Lieuwe Westra peuvent y prétendre.

Toujours pragmatique, Bradley Wiggins dresse le tableau.

"Tony Martin va être un sacré client. C'est un chrono long, c'est rare de voir aussi long et ce sera donc probablement l'étape la plus importante de la semaine", a-t-il estimé.

"Les spécialistes vont faire la différence. Je suis ravi de ça. Et l'étape de Joux Plane, samedi, va décider qui de nous va gagner le Critérium du Dauphiné."

Pour les autres, il s'agira de limiter les dégâts, de travailler en prévision du Tour en pensant à la montagne qui leur sera plus favorable en fin de semaine. A condition, pour Andy Schleck surtout, d'avoir retrouvé ses jambes.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant