CORR-Chine-Six ans de prison pour un défenseur des droits de l'homme

le , mis à jour à 07:59
1
 (Bien lire "de deux ans" au dernier paragraphe) 
    HONG KONG, 27 novembre (Reuters) - Le Chinois Guo Feixiong, 
éminent défenseur des droits de l'homme, a été condamné vendredi 
à six ans de prison dans la province de Canton, a annoncé 
vendredi son avocat. 
    Deux autre militants, Liu Yuandong et Sun Desheng, ont été 
respectivement condamnés à trois ans et deux ans et demi de 
prison, selon l'avocat de Guo Feixiong, Zhang Lei. 
    Guo Feixiong et Sun Desheng étaient accusés d'avoir organisé 
des rassemblements "pour troubler l'ordre social" lors d'une 
manifestation pacifique qui avait duré plusieurs jours devant 
les locaux d'un journal, le Southern Weekly, en janvier 2013. 
Les manifestants demandaient le respect de la liberté de la 
presse. 
    "Il n'est coupable de rien du tout. Cette peine est 
inacceptable et injuste", a déclaré l'avocat, joint au 
téléphone. 
    Guo Feixiong, qui est âgé de 48 ans, avait été précédemment 
emprisonné pendant près de cinq ans pour avoir milité.  
    Comme lors de ses précédents procès et comme c'est aussi le 
cas pour les autres militants des droits de l'homme, la police 
bloquait le secteur et l'accès au tribunal. 
    Guo Feixiong, dont le vrai nom est Yang Maodong, a été 
détenu dans une cellule surpeuplée. Il n'était pas autorisé à 
faire de l'exercice à l'extérieur de sa chambre en violation des 
normes internationales sur le traitement des prisonniers, selon 
les associations de défense des droits de l'homme. 
    La santé de Guo Feixiong s'est détériorée selon son avocat 
qui ajoute que son client a été emmené au tribunal sans 
ménagement par les policiers qui lui ont fait mal au bras. 
    Selon Amnesty International, Sun Desheng a été forcé de 
porter des menottes en détention. Il a eu aussi les pieds 
entravés, ajoute Amnesty. 
    Les autres professions intellectuelles ne sont pas 
épargnées. Jeudi, la justice chinoise a maintenu la condamnation 
d'une journaliste très en vue, Gao Yu, 71 ans, qui a été accusée 
d'avoir fait fuiter un document interne au Parti communiste sur 
un site internet, mais la peine de sept ans prononcée en 
première instance a été réduite de deux ans. 
 
 (James Pomfret; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 le vendredi 27 nov 2015 à 09:50

    Et vous achetez encore "made in China" ? En tant qu'électeur français, nos revendications sur ce pays ne sont pas prises en compte. En tant que consommateur, il ne nous reste plus que ça ! et apparemment, la récession s'aggrave bien en Chine.