CORR- "Aucune excuse" en cas de succès du FN en 2017-Hollande

le
9

(Bien lire 2002, § 1) PARIS, 19 mars (Reuters) - Il n'y aura "aucune excuse" à chercher en 2017 si Marine Le Pen fait un bon score à l'élection présidentielle, estime François Hollande, jugeant la situation actuelle bien différente de celle qui prévalait en 2002, lorsque le candidat du Front national avait créé la surprise en accédant au deuxième tour. A trois jours du premier tour des départementales, où le parti de Marine Le Pen pourrait selon les sondages virer en tête, le chef de l'Etat se dit déterminé à "agir" pour démontrer que "le pays peut avancer sans renoncer à ses valeurs". Les Français "ne se taisent plus", déclare-t-il dans un entretien paru jeudi dans le bimensuel Society. "Dans leur expression, il y a une part de provocation et une part d'affirmation. Nul ne peut ignorer la réalité. En 2002, on nous a reproché de ne pas avoir vu et de ne pas avoir prévenu. 2002 était une surprise. En 2017, on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas. Il n'y aura plus aucune excuse", prévient-il. Face aux populistes que laissent entendre que "c'est à cause des étrangers, de la mondialisation et de l'Europe que les difficultés sont venues", François Hollande veut mener "une bataille intellectuelle et idéologique, mais aussi économique". "Je récuse néanmoins cette simplification qui consiste à dire qu'il suffirait que le chômage recule pour que l'extrême droite s'effondre", ajoute-t-il. "Ce qui structure ce vote, c'est le refus de l'autre, la peur de la différence ou encore la figure de l'islam présentée comme l'adversaire intérieur." LAISSER UNE TRACE Dans cet entretien très personnel, François Hollande reconnaît que "les résultats se voient plus vite sur le terrain international" tout en répétant que la santé de l'économie prime au moment de se présenter à nouveau devant les électeurs. "Si je n'arrive pas, au bout de cinq ans, à prouver que le pays a avancé et que le chômage a reculé, comment convaincre de demander une rallonge ? Il n'y a pas d'indulgence ou d'assurance dans ma conception de la politique. Il faut des résultats", dit le président, qui a conditionné une éventuelle nouvelle candidature en 2017 à la baisse du chômage. "L'excuse de dire: 'Je n'ai pas eu de chance, je suis tombé sur une mauvaise période', elle ne tient pas. On ne peut pas dire: 'Je n'ai pas eu de chance, j'ai eu la pluie'." Optimiste de nature, François Hollande affirme qu'après un début de quinquennat "très dur", aujourd'hui "ça va mieux". "Une reprise s'annonce. C'est la confiance qui décidera de tout. Le gouvernement et Manuel Valls n'ont pas d'autre mission que de la soutenir, de la stimuler et de la renforcer", dit-il. Elu il y a bientôt trois ans, le président français dit son espoir de laisser une trace dans l'Histoire grâce à certaines réformes comme le droit au mariage accordé aux homosexuels et la loi sur la fin de vie, des "avancées majeures". Il cite la date du 11 janvier 2015, qui a vu la France unie contre le terrorisme après les attentats qui ont fait 17 morts, comme "un temps fort de son quinquennat" et espère être le parrain d'un accord mondial lors de la conférence sur le climat de Paris à la fin de l'année. "On juge un président à ses résultats, mais on juge l'homme d'Etat à la trace qu'il laisse. Certains ont plus de succès morts que vivants. Mais nul n'a besoin d'attendre la postérité..., dit-il. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4958114 le jeudi 19 mar 2015 à 17:32

    il a raison sont bilan seras moins catastrophique que celui de sarko !

  • bernm le jeudi 19 mar 2015 à 17:00

    Comique, sachant que pour la gauche, faire monter le FN est son seul moyen de gagner les presidentielles, pour eliminer la drite au premier tour.

  • Berg690 le jeudi 19 mar 2015 à 14:51

    Une majorité de français étaient retenus sur le vote FN par un idéal de liberté qui aurait pu être mis en cause par ce parti. Mais aujourd'hui plus de retenue à avoir puisque les libertés sont bafouées.

  • M931269 le jeudi 19 mar 2015 à 14:20

    notre seul souhait .....son départ , au plus vite ! 3 ans de resultats calamiteux , c'est trop beaucoup trop .

  • m.bouil4 le jeudi 19 mar 2015 à 13:56

    Laisser une trace dans l'Histoire avec le mariage pour tous : la trace qu'il laissera n'est pas celle qu'il pense !

  • M940878 le jeudi 19 mar 2015 à 13:46

    hesseger : j'ai jamais voté à gauche , mais il faut reconnaître que Marchais était marrant , je me souviens encore de son interview avec ELKABBACH : 'vous venez avec vos questions et moi je viens avec mes réponses' ! trop drôle

  • hesseger le jeudi 19 mar 2015 à 13:42

    Les Français "ne se taisent plus", déclare-t-il dans un entretien paru jeudi dans le bimensuel Society. ????????????Enfoiré nous n'avons plus de liberté d'expression, à peine tu dis je ne suis pas Charlie on nous saute dessus, tu mets la Taubira croquée en animal et hop prison ferme ! Alors oui il faut abroger touts vos lois sécuritaires liberticides, et je ne vois que le FN pour virer tout ça, et pourtant je suis de gauche, j'ai voté Georges Marchais en 81 !!!! La liberté est morte ici

  • saggy le jeudi 19 mar 2015 à 13:35

    les journalistes devraient se relire et Boursorama ne pas publier des âneries pareilles .....

  • delapor4 le jeudi 19 mar 2015 à 13:26

    là où les Français ne sont pas excusables c'est de ne pas avoir élu Jean-Marie Le Pen dès 1988.