Corinne Lepage : « Le Nouveau Monde se trouve dans la société civile »

le , mis à jour à 17:20
0
Corinne Lepage : « Le Nouveau Monde se trouve dans la société civile »
Corinne Lepage : « Le Nouveau Monde se trouve dans la société civile »

Ministre de l’Environnement de 1995 à 1997, députée européenne de 2009 à 2014 et fondatrice du parti écologiste Cap21, Corinne Lepage est actuellement en charge d'une mission, confiée par l'actuelle ministre de l'Écologie Ségolène Royal, sur la transition économique pour les acteurs du Nouveau Monde. 

Dans un entretien à Bastamag, l'ancienne membre de Génération écologie a fustigé certains « Verts » qui « sont arrivés à faire détester l’écologie ».

« Batho n’a pas fait grand chose quand elle était ministre de l’Écologie »

Pour Corinne Lepage, les deux premières années du gouvernement actuel ont été « plus que décevantes ». En parlant de Delphine Batho, elle a estimé qu'elle n'avait « pas fait grand chose quand elle était ministre de l'Écologie ». « Je lui en veux beaucoup pour la centrale nucléaire de Fessenheim : elle aurait pu la fermer mais ne l’a pas fait », a-t-elle ajouté. Du successeur de Delphine Batho, Philippe Martin, Caroline Lepage juge qu'il était « inaudible ». 

« Un certain nombre de Verts sont arrivés à faire détester l’écologie par une partie de la population. Les gens ne supportent plus l’écologie, ont l’impression que cela ne sert à rien à part leur casser les pieds », regrette Corinne Lepage, qui concède néanmoins que Ségolène Royal « a une vraie fibre écolo » : « Toutes ses décisions ne me ravissent pas, mais elle a la volonté de sortir d’une écologie punitive pour aller vers une écologie désirable ».

L'écologie populaire

« Tant que nous n’aurons pas une vision de l’écologie faite de solutions, de bien-être, de satisfaction, nous n’avons aucune chance de rendre l’écologie populaire », analyse Corinne Lepage, pour qui « sans écologie populaire, nous n’aurons pas d’écologie du tout ».

Selon l'ancienne ministre de l'Environnement, l'opinion publique souffre de ne voir le verre qu'à moitié ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant