Corée Nord : Kim Jong-Un renforce encore son pouvoir absolu

le
0
Corée Nord : Kim Jong-Un renforce encore son pouvoir absolu
Corée Nord : Kim Jong-Un renforce encore son pouvoir absolu

Il n'avait pas franchement besoin de ça pour montrer qui est le patron. Kim Jong-Un, qui dirige la Corée du Nord, exerce depuis ce mercredi une nouvelle fonction : à 33 ans, il devient chef d'un nouvel organe coiffant tous les autres pouvoirs du pays, ce qui renforce encore son absolutisme. 

 

L'Assemblée suprême du peuple (ASP) l'a ainsi placé à la tête d'une nouvelle Commission des affaires de l'Etat. Cette institution remplace la puissante Commission de défense nationale (CDN), qui était l'organe suprême de prise de décision politique. Cette nomination, a déclaré le président de l'ASP, Kim Yong-Nam, reflète «la foi inébranlable et la volonté à toute épreuve de tous les fonctionnaires et habitants du pays de soutenir Kim Jong-Un (...) au plus haut poste de la RPDC», les initiales de la République populaire et démocratique de Corée. 

 

Ce jeudi, le «Rodong Sinmun», publication officielle du parti au pouvoir, consacre la quasi totalité de sa Une à un portrait serré en couleur de Kim Jong-Un, en veste à col Mao boutonné jusqu'au cou, la mine solennelle. «Nous offrons le plus grand honneur au Cher Camarade Kim Jong-Un, le chef suprême du Parti et du peuple», proclame le journal en lettres capitales rouges, dont la Une est reproduite ci-dessous.

 

 

«Cela correspond au titre de président de la République qui avait été donné à Kim Il-Sung en 1972», estime, Cheong Seong-Chang, spécialiste de la Corée du Nord à l'Institut Sejong de Séoul, la capitale de Corée du Sud. Le fondateur du régime et grand-père de Kim Jong-Un était même devenu à sa mort en 1994 «président éternel». Kim Jong-Un présente une étonnante ressemblance physique avec son grand-père, un trait sur lequel il a joué pour capter l'héritage politique du fondateur du régime, et se démarquer de celui de son père, Kim Jong-Il.

 

«En se faisant le chef d'une commission contrôlant l'armée, le parti ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant