Corée : le Nord s'agite face aux manoeuvres militaires du Sud et des Américains

le
0
Corée : le Nord s'agite face aux manoeuvres militaires du Sud et des Américains
Corée : le Nord s'agite face aux manoeuvres militaires du Sud et des Américains

Les armées américaine et sud-coréenne ont lancé leurs grandes manoeuvres militaires annuelles, baptisées «Ulchi Freedom», simulant une invasion par la Corée du Nord de son voisin du sud. Pas moins de 30 000 Américains et 50 000 Sud-coréens sont mobilisés pour cette simulation grandeur nature durant deux semaines. 

 

Chaque année, l'Ulchi Freedom provoque une montée de tension entre les frères ennemis coréens. Son édition 2016 s'inscrit dans un regain de crispations intercoréennes. Des experts considèrent que la région traverse une des périodes les plus tendues depuis la fin de la Guerre (1950-1953). En janvier, Pyongyang a effectué son 4ème essai nucléaire, et, depuis lors, a multiplié les tests de tirs de missiles à deux pas de la Corée du Sud.  

 

« Frappes préventives de représailles »

 

Les militaires d'Ulchi Freedom joue un scénario complet d'invasion nord-coréenne. Washington comme Séoul affirment que leur objectif est purement défensif. Mais Pyongyang les considère comme une provocation. Dans un communiqué, l'Armée nord-coréenne (KPA) a indiqué que ses unités postées à la frontière étaient «complètement prêtes à lancer des frappes préventives de représailles » contre la moindre violation du territoire de la Corée du Nord. Nan sans emphase, Pyongyang transformerait alors son voisin en «un tas de cendres par une frappe nucléaire à la coréenne».

 

Coutumier de ce genre de menaces, la Corée du Nord est en revanche plus isolée que jamais, et fait craindre un débordement va-t'en-guerre. Pyongyang a coupé en début d'année les deux lignes de communication qui existaient avec le Sud. Et en juillet, la Corée du Nord a fermé son dernier canal direct avec Washington en cessant tous ses contacts avec le gouvernement américain via la mission nord-coréenne à l'ONU. 

 

La réponse internationale à l'essai nucléaire de janvier a illustré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant