Corée du Sud-Mandats d'arrêts contre deux anciens conseillers présidentiels

le
0
    SEOUL, 6 novembre (Reuters) - Un tribunal sud-coréen a dit 
dimanche avoir lancé deux mandats d'arrêt contre deux anciens 
conseillers présidentiels faisant l'objet d'une enquête dans le 
cadre d'une affaire de trafic d'influence qui a fait tomber la 
cote de confiance de la présidente Park Geun-hye à un plus bas 
historique de 5%. 
    Samedi, plusieurs dizaines de milliers de Sud-Coréens se 
sont rassemblés samedi dans le centre de Séoul pour réclamer la 
démission de Park Geun-hye.   
    Cette dernière, en larmes, a demandé vendredi, pardon à ses 
concitoyens après sa mise en cause dans un scandale qui implique 
Choi Soon-sil, une proche de la présidente, accusée de s'être 
servie de sa proximité avec Park Geun-hye pour peser sur la 
marche de l'Etat et se procurer des avantages financiers indus. 
  
    Dans un communiqué, le tribunal de Séoul précise avoir un 
émis un mandat d'arrestation contre An Chong-bum, soupçonné 
comme Choi Soon-sil d'avoir contraint des conglomérats du pays à 
verser des fonds à des fondations sans but lucratif. 
    Un mandat d'arrêt a également été émis contre Jeong 
Ho-seong, un autre ancien conseiller, déjà, comme An Chong-bum, 
placé en détention provisoire. 
    Les deux hommes avaient démissionné le mois dernier au vu de 
l'ampleur prise par le scandale. 
 
 (Ju-min Park, Benoît Van Overstraeten pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant