Corée du Sud : le sapin géant planté à la frontière sème la discorde avec le Nord

le
0
Corée du Sud : le sapin géant planté à la frontière sème la discorde avec le Nord
Corée du Sud : le sapin géant planté à la frontière sème la discorde avec le Nord

La magie de Noël n'est pas près d'opérer entre les deux Corées. Un rien provocatrice, la Corée du Sud a annoncé cette semaine qu'elle allait autoriser une organisation chrétienne à installer une nouvelle tour en forme de sapin de Noël géant près de la frontière avec le Nord. Un geste qui a immédiatement suscité l'ire de Pyongyang.

L'armée sud-coréenne a démantelé récemment une tour d'acier dressée il y a 43 ans tout près de la frontière fortifiée entre les deux Corées. Mais les chrétiens de Séoul et des militants hostiles au régime nord-coréen se sont plaints, accusant le gouvernement de céder aux pressions de Pyongyang. Pour le régime communiste athée, l'objet décoré au moment de Noël de lampions et surmonté d'une croix géante, représentait une provocation intolérable. Les autorités nord-coréennes, qui accusaient le Sud de guerre psychologique, avaient été jusqu'à menacer de bombarder l'édifice. L'armée avait avancé des raisons de sécurité pour expliquer le démantèlement de la tour.

«Un acte criminel» ou «le symbol d'un espoir de paix»

Mais voilà que les Sud-Coréens retournent à la case départ. Le ministère de la Défense a expliqué avoir accédé à la demande du Conseil chrétien de Corée (CCC) de construire une nouvelle tour en forme d'arbre. «Nous avons accepté cette demande (...) afin de garantir la liberté du culte», a dit le porte-parole du ministère Kim Min-Seok à la presse. Et le Sud d'annonce que la tour sera illuminée du 23 décembre au 6 janvier. D'après le CCC, il s'agira «d'une version plus grande du sapin de Noël typique et fera neuf mètres de haut».

La réaction de Pyongyang ne s'est pas fait attendre. Le Nord a tout simplement comparé l'initiative du sud à «un acte criminel», ni plus ni moins qu'une incitation à la guerre, selon Reuters cité par le Telegraph. La Corée du Nord avait déjà mis en garde le mois dernier contre «les conséquences ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant