Corée du Sud : la «Raspoutine» de la présidente Park Geun-Hye en garde à vue

le
0
Corée du Sud : la «Raspoutine» de la présidente Park Geun-Hye en garde à vue
Corée du Sud : la «Raspoutine» de la présidente Park Geun-Hye en garde à vue

Le scandale politique est tel que 67% des Coréens souhaitent ce mardi la démission de leur présidente. La mystérieuse amie de Park Geun-Hye, Choi Soon-Sil, a été placée en garde-à-vue ce mardi pour trafic d'influence et corruption. Les révélations affluent sur cette femme qui n'occupe aucun poste officiel et ne dispose d'aucune habilitation en matière de sécurité, mais que l'on soupçonne d'avoir conseillé la présidente coréenne sur la conduite des affaires de l'Etat.

 

Pas un jour ne s'est écoulé la semaine passée sans que la presse n'abonde de révélations sur cette femme de 60 ans et sur sa relation avec la présidente. Les médias ont dressé d'elle le portrait d'une conseillère de l'ombre qui allait jusqu'à corriger les discours présidentiels ou prodiguer des conseils sur les nominations. Amie de la présidente depuis 40 ans et fille d'un chef autoproclamé de culte religieux, celle qui est désormais qualifiée de «Raspoutine» par la presse coréenne est également soupçonnée d'avoir profité de ses entrées pour extorquer de l'argent aux principaux conglomérats du pays, comme Samsung, qu'elle aurait poussés à verser d'importantes sommes à des fondations créées par ses soins.

 

Rentrée dimanche en Corée du Sud, après s'être enfuie en Allemagne, elle a été interrogée pendant plusieurs heures lundi par le ministère public sud-coréen. «Il y a un risque que Mme Choi cherche à détruire des preuves car elle réfute les accusations», a déclaré mardi un responsable du parquet pour justifier les 48 heures de garde-à-vue. L'homme a également invoqué le «risque de fuite» ainsi que l'«état psychologique extrêmement instable» de la conseillère. «Tout événement imprévu peut être redouté si elle est libérée», a-t-il insisté.

L'arrivée de Choi Soon-Sil, la veille, au bureau du procureur du district de Séoul a été particulièrement mouvementée, au milieu de centaines de journalistes et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant