Corée du Sud: l'addiction des jeunes aux smartphones inquiète

le
0
Corée du Sud: l'addiction des jeunes aux smartphones inquiète
Corée du Sud: l'addiction des jeunes aux smartphones inquiète

"Des esclaves décérébrés": Kim Nam-Hee ne prend pas de gants pour sensibiliser des écoliers sud-coréens d'une dizaine d'années aux dangers des smartphones qui créent des dépendances chez des enfants de plus en plus jeunes dans ce pays ultra-connecté.Kim demande aux jeunes élèves d'écrire le nombre d'heures qu'ils passent avec leur famille, devant la télévision, ou avec leur smartphone. Le nom de l'étude? "Qui est ta vraie famille?"Patrie de Samsung, numéro un mondial des portables, la Corée du Sud est fière de ses succès dans les hautes technologies. Mais les autorités gouvernementales, sanitaires et éducatives s'inquiètent de la dépendance croissante au numérique des enfants, même à l'âge de l'école maternelle.Le pays promeut depuis plusieurs années la technologie internet comme facteur clé de croissance et Séoul, la capitale, est souvent appelée "la ville la plus connectée de la planète". Environ 70% des 50 millions de Sud-Coréens possèdent un smartphone, soit le taux le plus élevé au monde, selon le cabinet de recherche eMarket.Mais les parents et les autorités s'inquiètent de l'obsession des plus jeunes avec le monde numérique. "Nous ressentons un besoin urgent d'entreprendre un vaste effort face au danger croissant de l'addiction numérique (...), notamment en raison de la popularité des téléphones multifonctions", a déclaré mi-juin le ministère de la Science.Avec les ministères de la Santé et de l'Education, il a demandé aux écoles d'organiser des cours de prévention sur l'addiction à internet, et des camps de vacances pour "désintoxiquer" les écoliers trop dépendants.Selon des données gouvernementales, plus de 80% des écoliers sud-coréens âgés de 12 à 19 ans possédaient un smartphone en 2012, soit deux fois plus qu'en 2011.Et c'est plus de trois heures par jour que quelque 40% des propriétaires d'un appareil multifonctions passent à tweeter, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant