Corée du Sud: deux collaborateurs de la présidente entendus

le
0
La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye à l'Assemblée natioanle, à Séoul, le 24 octobre 2016 ( AFP/Archives / JUNG YEON-JE )
La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye à l'Assemblée natioanle, à Séoul, le 24 octobre 2016 ( AFP/Archives / JUNG YEON-JE )

Deux ex-proches collaborateurs de la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye ont été entendus lundi par le parquet et sont soupçonnés, selon les médias, d'avoir aidé sa confidente de l'ombre à se mêler des affaires de l'Etat.

Depuis plusieurs semaines, la présidente est engluée dans un scandale retentissant centré sur son amie de 40 ans, Choi Soon-Sil, une sulfureuse confidente de l'ombre arrêtée début novembre pour fraude et abus de pouvoir.

Mme Choi, 60 ans est accusée d'avoir usé de son influence sur Mme Park pour contraindre des groupes industriels à verser des fonds à des fondations douteuses, sommes dont elle se servait ensuite à des fins personnelles.

Elle est aussi accusé d'ingérence dans les affaires de l'Etat, y compris de s'être mêlée des nominations et d'avoir eu son mot à dire sur les discours présidentiels, alors même qu'elle n'exerçait aucune fonction officielle.

Ahn Bong-Geun et Lee Jae-Man étaient jusqu'au mois dernier des proches collaborateurs de Mme Park.

Choi Soon-Sil  le 3 novembre 2016 à Seoul
Choi Soon-Sil (G) le 3 novembre 2016 à Seoul ( KOREA POOL/AFP/Archives / KOREA POOL )

D'après les médias sud-coréens, ils sont soupçonnés d'avoir aidé Mme Choi à se rendre discrètement à la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne. De même, ils lui auraient transmis des documents confidentiels et l'auraient informée des affaires du gouvernement.

La télévision a diffusé des images des deux hommes entrant dans le bureau des procureurs de Séoul. Selon la presse locale, ils avaient beaucoup d'influence sur la prise de décisions de la présidente.

Deux autres collaborateurs de la présidente ont été arrêtés depuis le début de cette affaire, qui scandalise les Sud-Coréens.

Les gens sont descendus en masse dans la rue samedi pour réclamer la démission de Mme Park, la plus grande manifestation en Corée du Sud depuis les grands rassemblements prodémocratie de la fin des années 1980.

Mme Park est soupçonnée, d'après les médias, d'avoir reçu les patrons de grands conglomérats sud-coréen, dont Samsung et Hyundai, pour les inciter à la générosité envers les fondations de Mme Cho.

Le parquet a demandé à entendre la présidente mardi ou mercredi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant