Corée du Nord : une usine d'enrichissement nucléaire cachée dans la montagne ?

le
0
Corée du Nord : une usine d'enrichissement nucléaire cachée dans la montagne ?
Corée du Nord : une usine d'enrichissement nucléaire cachée dans la montagne ?

Des chercheurs américains ont peut-être identifié une usine nord-coréenne secrète, servant à l'enrichissement d'uranium par centrifugation gazeuse, dont le régime de Pyongyang se serait servi au début de son programme nucléaire illicite, dans les années 1990 et au début des années 2000.

 

A partir d'informations recueillies auprès de sources chinoises, d'un transfuge nord-coréen de haut rang, et de responsables américains « au courant », ainsi que sur le fondement de l'analyse d'images satellites, l'Institut pour la science et la sécurité internationale (ISIS), basé à Washington, a ciblé une base de l'armée de l'air située à 43 kilomètres à l'ouest de Yongbyon. C'est à Yongbyon que la Corée du Nord mène officiellement un programme d'enrichissement par centrifugation gazeuse de plutonium. En 2007, le réacteur avait été fermé dans le cadre d'un accord de désarmement contre aide humanitaire, mais la dynastie communiste avait relancé les installations en 2015, à bas régime semble-t-il. 

 

Comme son père Kim Jong-Il avant lui, l'omnipotent Kim Jong-Un poursuit le programme d'armement nucléaire de la Corée du Nord, avec des avancées et de nombreux échecs. 

 

L'usine secrète était le plus vraisemblablement située dans un lieu souterrain au sud-est de la base aérienne proche d'une montagne. Elle a pu contenir jadis entre 200 et 300 centrifugeuses mais l'ISIS ne dispose « d'aucune information » lui permettant de savoir si elle fonctionne toujours comme une usine d'enrichissement.

 

Selon les spécialistes, la Corée du Nord a commencé ses activités d'enrichissement au début des années 1990, grâce l'aide cruciale d'experts pakistanais. Selon David Albright, président de l'ISIS, ces Pakistanais ont fourni un « kit de départ pour les centrifugeuses ». 

 

Enrichir de l'uranium laisse moins de traces que le plutonium. Ces opérations peuvent être menées en utilisant des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant