Corée du Nord : simulation d'attaques contre la Corée du Sud

le
1
Corée du Nord : simulation d'attaques contre la Corée du Sud
Corée du Nord : simulation d'attaques contre la Corée du Sud

Nouvelle démonstration militaire de la Corée du Nord. Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un, a dirigé jeudi un vaste exercice d'artillerie simulant des attaques contre Séoul, la capitale de la Corée du Sud, et d'autres cibles.

 

Plusieurs batteries d'artillerie lourde ont été déployées pour l'exercice militaire. Celui-ci simulait des attaques contre cinq îles frontalières et les «organes dirigeants réactionnaires» à Séoul et dans d'autres villes sud-coréennes, a rapporté l'agence nord-coréenne KCNA. «Si une guerre éclate, de telles frappes mortelles seront infligées aux forces sud-coréennes, et leur volonté de contre-attaque sera complètement brisée dès le départ, elles seront complètement anéanties», a dit le dirigeant nord-coréen lors de l'exercice. «Rien ni personne ne survivrait.»

 

Sanctions de l'Onu, de la Corée du Sud et du Japon

 

Cet exercice s'est déroulé quelques heures après l'adoption à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'Onu (Organisation des Nations unies) d'une nouvelle résolution sanctionnant Pyongyang, la capitale nord-coréenne, à la suite de son cinquième essai nucléaire de septembre. Le texte, mis au point par les Etats-Unis à l'issue de trois mois de difficiles négociations avec la Chine, plafonne les exportations nord-coréennes de charbon, la principale source de revenus externes de Pyongyang.

 

La Corée du Sud, quant à elle, a dévoilé ce vendredi ses propres sanctions contre Pyongyang, ajoutant des dizaines de noms à sa liste noire des personnes ou organisations soupçonnées d'implication dans le programme nucléaire nord-coréen. Compte tenu de l'absence de lien commercial tangible entre les deux Corées, ces mesures sont largement symboliques. 

 

Le Japon a également décidé vendredi de renforcer ses sanctions unilatérales, en interdisant par exemple l'entrée des ports aux navires japonais s'étant rendus en Corée du Nord, et en ajoutant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a 5 jours

    Après Castro, il reste encore la Corée du Nord et la Chine comme dictature d'un parti unique... Bon les deux se soutiennent sans quoi la Corée du Nord aurait déjà rejoint le monde des démocraties...