Corée du Nord : rumeurs autour de l'absence de Kim Jong-Un

le
0
Corée du Nord : rumeurs autour de l'absence de Kim Jong-Un
Corée du Nord : rumeurs autour de l'absence de Kim Jong-Un

Maladie ou simple fatigue ? Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un est invisible depuis plus de trois semaines et les rumeurs vont bon train en Asie sur son état de santé. Le jeune dictateur, qui serait âgé de 30 ou 31 ans, n'est pas apparu à la télévision d'Etat depuis le 3 septembre à Pyongyang, date à laquelle il a assisté à un concert en compagnie de son épouse, Ri Sol-Ju. En juillet, il avait été vu claudiquant à l'occasion du 20ème anniversaire de la mort de son grand-père Kim Il-Sung, fondateur du régime.

Sa marche altérée en juillet a été attribuée par une source de l'agence de presse sud-coréenne Yonhap à une crise de goutte et aux effets du diabète, de l'obésité et d'une tension artérielle élevée. Selon une autre source, des médecins nord-coréens se sont rendus en Allemagne et en Suisse pour consulter des confrères. Mais, avertit Hong Hyun-Ik, chercheur au centre d'études Sejong de Séoul, «les spéculations sur le bien-être de Kim Jong-Un sont exagérées au Sud". "Il est parfaitement possible qu'il soit juste fatigué et qu'il se repose».

Souvent prompte à nourrir les spéculations dès qu'il s'agit de l'ennemi du Nord, la Corée du Sud fait curieusement profil bas. Au cours d'une conférence de presse vendredi, le ministère de l'Unification a refusé de se prêter au jeu des conjectures. «La Corée du Nord n'a fait aucune annonce officielle (...) et nous n'avons donc aucun commentaire, a déclaré une porte-parole du ministère. Nous regardons différentes hypothèses, donc les rumeurs sur (son) état de santé».

Cette semaine encore, Kim Jong-Un a brillé par son absence présumée à l'ouverture d'une nouvelle session du Parlement, qui ne se réunit qu'une ou deux fois par an pour approuver les décisions du parti unique d'inspiration léniniste. Il arrive que l'homme fort de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) échappe ainsi aux radars pendant plusieurs semaines. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant