Corée du Nord : nouvelle panne internet ou cyber-attaque géante

le
0
Corée du Nord : nouvelle panne internet ou cyber-attaque géante
Corée du Nord : nouvelle panne internet ou cyber-attaque géante

Et de deux ! Après une première panne informatique massive, privant d'internet durant neuf heures toute la Corée du Nord lundi, une seconde est intervenue mardi, relançant la polémique entre Etats : qui est derrière ces perturbations. Premiers visés, dans le prolongement de la polémique autour du film «L'interview qui tue!», les Etats-Unis font figure de coupable idéal accusés d'avoir lancé un cyber-attaque contre Pyongyang.

Les Américains eux-mêmes avaient, auparavant, accusé la Corée du Nord d'avoir mené la vaste attaque informatique contre Sony Pictures et promis de lancer une riposte «proportionnée». Mais les experts, très circonspects, multiplient les hypothèses.

«Trop facile» pour les Etats-Unis qui ne font pas de commentaires.  «C'est improbable simplement parce qu'on ne prend pas de telles décisions aussi vite», assure James Lewis, un expert en cyber-sécurité au Center for Strategic and International Studies (CSIS). Washington vient par ailleurs de demander l'aide de Pékin pour freiner les cyber-attaques de son allié nord-coréen et une offensive précipitée contre Pyongyang n'aurait donc pas beaucoup de sens, selon ce spécialiste.

Si la panne nord-coréenne résulte bien d'une attaque, elle serait assez sommaire et la liste de ses auteurs potentiels serait donc «immense», souligne Doug Madory, un des cadres de la société de cyber-sécurité Dyn Research qui a révélé les récentes mésaventures de l'internet nord-coréen. «Si un Etat comme les Etats-Unis voulait couper les communications en Corée du Nord, je ne suis pas sûr que cela lui aurait pris douze heures», explique-t-il. Washington a pour le moment refusé de confirmer ou non son implication dans ce dossier.

La Chine, un allié tout puissant mais irrité. Reste que les quatre réseaux de connexion nord-coréens passent tous par la Chine. Ils sont exploités par le géant chinois des communications Unicom. «Une situation bien fragile» pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant