Corée du Nord : la chute du régent de Pyongyang

le
0
Oncle de Kim Jong-un et véritable numéro deux du régime nord-coréen, Chang Song-taek est accusé de corruption, débauche et usage de drogue.

Les pièces rapportées ne seront jamais de sang royal. L'adage vaut à Versailles comme à Pyongyang en 2013. À 67 ans, Chang Song-taek, l'influent oncle de Kim Jong-un, a mordu la poussière sous le coup d'un oukase de son neveu dictateur. Celui qu'on surnommait «le régent rouge» est tombé dans les oubliettes de l'histoire du régime stalinien.

Dimanche, le numéro deux de facto du régime a été brutalement arrêté en pleine réunion du politburo, saisi comme un malappris par deux colosses en uniforme, sous les yeux des hauts cadres du Parti. La scène d'une violence glaçante a aussitôt été diffusée par l'agence de presse officielle KCNA, une première depuis 1970. Une mise en scène hors norme pour la purge la plus spectaculaire depuis l'arrivée au pouvoir du jeune Kim Jong-un. À la veille du second anniversaire de la mort de ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant