Corée du Nord : l'atome, le Graal des Kim

le
0
Kim Jong-un dans un sous-marin sur des images de propagande diffusées par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) en 2014.
Kim Jong-un dans un sous-marin sur des images de propagande diffusées par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) en 2014.

Initiés à l’atome par les Soviétiques et servis par les errements de la politique américaine, les Nord-Coréens ont fini par se doter de l’arme nucléaire, malgré l’opposition de la communauté internationale. Pour le régime isolé de Pyongyang, c’est une garantie de survie.

Le nouvel essai nucléaire, le 6 janvier, par la Corée du Nord – une bombe à hydrogène miniaturisée, selon Pyongyang, une version mise en doute par les experts – tend à confirmer l’avancée en la matière de la dynastie des Kim. A la suite de trois essais atomiques précédents, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a fait de la possession d’une force de dissuasion un élément constituant du pays figurant dans le préambule de sa loi fondamentale. La RPDC s’est d’ailleurs autoproclamée « puissance nucléaire », un statut que lui refusent les Etats-Unis et leurs alliés, mais également la Chine et la Russie.

La Corée du Nord a-t-elle la capacité de fabriquer des ogives assez petites pour être placées sur un missile balistique ? Maîtrise-t-elle la technologie de ceux-ci ? Les spécialistes sont partagés. Il reste qu’elle dispose de capacités nucléaires qui entament la crédibilité des efforts de non-prolifération. Comment un pays isolé et appauvri à la suite de la dramatique famine de la seconde moitié des années 1990, sous le coup de sanctions internationales depuis des décennies, a-t-il pu se doter d’un arsenal estimé à une vingtaine de bombes d’une puissance comparable à celle d’Hiroshima ?

Régime « paranoïaque », « imprévisible »… Les qualificatifs ne manquent pas pour dénoncer cet « Etat voyou » défiant la communauté internationale. Mais la condamnation néglige les motivations du régime et voile les errements de la politique menée depuis deux décennies par les Et...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant