Corée du Nord : Kim Jong-un orchestre son sacre

le , mis à jour le
0
Après cinq ans de purges dans le parti et l'armée, les manifestations grandioses vont saluer le jeune Kim, leader incontesté de la Corée du Nord.
Après cinq ans de purges dans le parti et l'armée, les manifestations grandioses vont saluer le jeune Kim, leader incontesté de la Corée du Nord.

L'histoire bégaie à Pyongyang. Le 10 octobre 1980, une foule de six mille officiels en uniforme applaudit à tout rompre les deux hommes en costume sombre qui montent à la tribune surplombée d'un immense drapeau rouge. « Manse ! Manse ! » rugit l'assistance bardée de médailles militaires. « Longue vie ! » Le fondateur du régime nord-coréen Kim Il-sung prononce un discours interminable de cinq heures à la gloire du « Juche », l'idéologie nationaliste autarcique qui lui permet d'affirmer sa différence dans le monde communiste. Mais le véritable clou du spectacle est ailleurs. Tous les regards se tournent vers le jeune homme de 36 ans assis au côté du « président éternel ».  Le sens véritable de ce sixième congrès du Parti des travailleurs est l'adoubement de son fils Kim Jong-il comme successeur. Une consécration publique pour valider une irrésistible ascension en coulisse lancée sept années plus tôt, éliminant tour à tour les opposants de la vieille garde ulcérée par le tournant dynastique pris par un régime se réclamant du communisme.

Trente-six ans plus tard, le « dirigeant suprême » Kim Jong-un marche sur les traces de son père, reprenant à son profit l'aura dynastique léguée par son grand-père Kim Il-sung. Vendredi 6 mai s'est ouvert à Pyongyang un nouveau congrès exceptionnel du Parti aux allures de sacre pour l'héritier de la « lignée du mont Paektu », du nom de cette montagne à l'origine...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant