Corée du Nord : Kim Jong-Un menace d'un désastre nucléaire pour 2014

le
0
Corée du Nord : Kim Jong-Un menace d'un désastre nucléaire pour 2014
Corée du Nord : Kim Jong-Un menace d'un désastre nucléaire pour 2014

En Corée du Nord, les voeux du Nouvel an n'ont pas toujours une tonalité bienveillante. Le numéro un nord-coréen Kim Jong-Un a agité mercredi, pour la nouvelle année, la menace d'un «désastre nucléaire» dans la péninsule coréenne si celle-ci devait connaître une nouvelle guerre. Une fois n'est pas coutume, le régime a par ailleurs mis en garde les Etats-Unis.

«Si la guerre éclate à nouveau (dans la péninsule), elle engendrera un désastre nucléaire massif et les Etats-Unis ne seront jamais indemnes», a déclaré Kim Jong-Un, dans un message diffusé par la télévision nationale à l'occasion du passage à la nouvelle année. «Nous sommes face à une situation dans laquelle un petit incident militaire accidentel peut conduire à une guerre totale», a-t-il averti.

Selon des analystes et des responsables militaires sud-coréens, le régime pourrait se livrer à des provocations militaires en début d'année pour resserrer les rangs autour de son chef. La Corée du Sud, rompue aux invectives et menaces nord-coréennes, a réagi par la voix de son ministre de la Défense, Kim Kwan-Jin, selon qui l'armée sud-coréenne «doit répondre sans pitié à toute provocation de l'ennemi».

Le numéro 2 du régime exécuté qualifié d'«ordure»

Le leader nord-coréen est également revenu sur l'exécution, en décembre, de son oncle, Jang Song-Thaek, autrefois un des responsables les plus influents du régime mais qu'il a qualifié d'«ordure». «Notre parti a pris l'an dernier des mesures décisives pour éliminer des éléments pourris en son sein», a justifié Kim en fustigeant des actes «antiparti, antirévolutionnaires». Cette «purge a grandement contribué à consolider l'unité du parti et de la révolution», a-t-il dit.

C'est la première fois que le numéro un nord-coréen critique publiquement son oncle, arrêté et exécuté en l'espace de quelques jours pour trahison et corruption. Jang Song-Thaek, 67 ans, lui avait servi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant