Corée du Nord, face cachée

le
0
Adrien Golinelli, jeune photographe suisse, a sillonné la Corée du Nord avec des touristes triés sur le volet pour tenter de découvrir ce qu'il y a derrières les images colorées de la propagande communiste.

«C'est la fermeture extrême du pays, le peu d'information qui filtre, qui m'ont poussé à y aller». Adrien Golinelli voulait voir par lui-même à quoi ressemblait la Corée du Nord. Ce pays, considéré comme le plus fermé du monde, dont on connaît surtout les images que le régime communiste veut bien montrer. Pendant deux semaines, ce jeune photographe suisse s'est donc immiscé dans un groupe d'une douzaine de touristes triés sur le volet par les autorités, pour sillonner le pays «d'une côte à l'autre, allant d'usine en orphelinat, de kolkhoze en université en passant par les bungalows de villégiature officielle». Un reportage qui lui a valu de remporter l'an dernier le prix SFR Paris Photo récompensant les jeunes talents... et dont il a fait un ouvrage:

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant