Corée du Nord : et Kim Jong-Un réapparut, s'aidant d'une canne

le
0
Corée du Nord : et Kim Jong-Un réapparut, s'aidant d'une canne
Corée du Nord : et Kim Jong-Un réapparut, s'aidant d'une canne

Gravement malade ? Opéré par un médecin français ? Victime d'un coup d'Etat ? Les hypothèses les plus folles circulaient depuis des jours quant à la situation à la tête du pays le plus secret de la planète. Le suspense semble maintenant levé... Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong-un, a fait sa première apparition publique depuis 40 jours lors de l'inspection d'un lotissement nouvellement construit, a annoncé lundi soir l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Le quotidien officiel «Rodong Sinmun» publie des clichés de Kim Jong-un dans son édition de mardi. On y voit le dirigeant nord-coréen marcher en s'aidant d'une canne, ce qui tendrait à confirmer que son absence prolongée est bien liée à une raison médicale. A plusieurs reprises, les médias sud-coréens avaient rapporté une opération des deux chevilles.

Selon une source nord-coréenne citée par le quotidien «Korea Joongang Daily» lundi, le dictateur a porté «un plâtre suite à son opération de chirurgie et il semble qu'il ne veuille pas montrer ça au monde». Le journal avait par ailleurs évoqué un oedème et des ampoules sur les plantes des pieds.

Près de six semaines d'absence

Il s'agirait de la première apparition publique du dirigeant nord-coréen depuis le 3 septembre dernier, date à laquelle il avait assisté à un concert avec sa femme. Son absence lors du dernier anniversaire du parti au pouvoir avait alimenté les spéculations sur son sort.

Début octobre, la délégation nord-coréenne en visite au Sud pour les Jeux asiatiques avait indiqué que l'absence de Kim Jong-un n'était pas liée à des problèmes de santé. En septembre pourtant, la télévision d'Etat nord-coréenne avait fait savoir que le dictateur était «indisposé».

«On ne sait toujours pas à quel point (Kim Jong-Un) est remis de son apparente "indisposition", et quel était son degré de gravité», estime Kim Yeon-Chul, spécialiste de la Corée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant