Corée du nord : Amnesty publie des photos des camps de prisonniers

le
0
Corée du nord : Amnesty publie des photos des camps de prisonniers
Corée du nord : Amnesty publie des photos des camps de prisonniers

Amnesty International publie ce jeudi de nouvelles images satellite des camps de prisonniers en Corée du Nord. L'organisation de défense des droits de l'homme diffuse aussi des témoignages d'anciens internés relatant sévices et exécutions. La Corée du Nord dément l'existence de camps de travail pour les prisonniers politiques. Mais selon des estimations indépendantes, ce ne sont pas moins de 100 000 à 200 000 personnes qui y sont détenues dans des conditions particulièrement difficiles.

Les images du Camp 15 dans le sud du pays et du Camp 16 dans le nord ont été prises entre 2011 et 2013. Celles du camp 16, qui s'étend sur environ 560 km², pour 20 000 détenus, montrent «la présence de nouveaux logements, ce qui indique une légère augmentation de la population», selon Amnesty. Les images mettent également en évidence «une activité économique substantielle, en particulier liée à l'exploitation minière, forestière et agricole», ainsi que l'extension d'une zone industrielle.

CAMP 16 (COREE DU NORD). Entre 2011 (en haut) et 2013, de nouveaux bâtiments ont été construits dans ce camp. (AFP.)

Près de 40 bâtiments servant au logement ont en revanche été démolis depuis 2011 dans le camp 15, d'une superficie de 370 km2, à environ 120 km de la capitale Pyongyang.

CAMP 15 (COREE DU NORD), LE 16 SEPTEMBRE. Le camp 15 est divisé en neuf zones. Sur cette vue générale, les points rouges désignent les postes de garde, les deux points jaunes désignent les accès (qui sont extrêmement limités) et les pointillés jaunes matérialisent la double grille de protection qui ceinture les lieux. (AFP.)

Dans son rapport, Amnesty détaille les sévices subis par les internés sur la foi de témoignages d'ancien détenus ou gardiens. Lee, un transfuge nord-coréen, qui a fait partie des responsables de la sécurité du Camp 16 dans les années 1980 et jusqu'au milieu des années 1990, affirme que «les détenus étaient forcés de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant