Corbeil-Essonnes : Serge Dassault se dit victime d'une "bande de voyous"

le
0
Le sénateur UMP de l'Essonne Serge Dassault
Le sénateur UMP de l'Essonne Serge Dassault

Alors que les magistrats du pôle financier de Paris Serge Tournaire et Guillaume Daïeff ont demandé le 14 novembre la levée de l'immunité parlementaire de Serge Dassault, celui-ci est revenu dimanche sur les accusations qui pèsent sur lui. Dans une interview au JDD, le sénateur UMP de l'Essonne assure que, s'il reconnaît avoir fait dans le passé de généreux dons à ses administrés, il n'a "jamais donné un sou à qui que ce soit pour voter pour lui". Précisément, les juges cherchent à savoir si les sommes d'argent versées par Dasssault entre 2008 et 2010 alors qu'il était maire de Corbeil-Essonnes étaient destinées à acheter des voix. L'élection municipale de 2008, qui avait vu la réélection de l'avionneur, avait été invalidée en 2009 par le Conseil d'État. "Racket" de 1,2 million d'euros

Le milliardaire reconnaît notamment qu'il a fait un don de 1,2 million d'euros à un certain Mamadou Kebbeh. "Pendant deux ans, il m'a harcelé tout le temps", explique-t-il. "Il voulait de l'argent, point final." Pour avoir "la paix", Serge Dassault lui aurait donc fait ce don, via le Liban. Serge Dassault réitère ainsi l'idée selon laquelle il a été "victime de chantage et de racket", dénonçant un "complot pour le démolir". "Une petite bande de voyous est à l'origine de tous mes problèmes actuels", clame l'industriel. "Ils peuvent m'interroger quand ils veulent. J'ai toujours été à la disposition de la justice", a également assuré...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant