Corbeil-Essonnes : Jean-Pierre Bechter et deux de ses proches mis en examen

le
0
Jean-Pierre Bechter en 2009. En 2010, il succède à Serge Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes.
Jean-Pierre Bechter en 2009. En 2010, il succède à Serge Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes.

Après deux jours de garde-à-vue, les juges du pôle financier Guillaume Daïeff et Serge Tournaire ont signifié à Jean-Pierre Bechter, bras droit de Serge Dassault sa mise en examen. Laissé en liberté il a été placé sous contrôle judiciaire. Il lui est reproché d'avoir bénéficié, en toute connaissance de cause, d'achat de votes présumé. Des voix qui lui ont permis d'être élu en 2010. Il pourrait être mis en examen - ce qui signifie qu'il existe des indices graves et concordants - pour corruption et blanchiment d'argent.Cristela de Oliveira, adjointe au maire, et Younès Bounouara, présenté comme un relais de l'industriel et sénateur UMP Serge Dassault dans les cités de Corbeil-Essonnes, ont également été mis en examen par les deux juges. Jeudi, trois personnes étaient ressorties libres de garde à vue. Il s'agit de Doriane Lebigre, de Zinedine B., le garde du corps de Serge Dassault, et du neveu de Younès Bounouara."Au stade des hypothèses" "On a bien le sentiment qu'on n'en est qu'au stade des hypothèses et que l'information judiciaire devra établir si ces hypothèses sont des faits. Pour l'instant, c'est loin d'être le cas", a déclaré à l'AFP l'avocat de Younès Bounouara, Me David-Olivier Kaminski. Younès Bounouara est d'ores et déjà mis en examen et écroué dans un autre dossier, pour tentative d'assassinat, instruit à Évry. De son côté, Serge Dassault a concédé qu'il avait fait des dons à des habitants de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant