Corbeil-Essonnes - Affaire Dassault : les gardes à vue prolongées

le
0
Jean-Pierre Bechter, maire UMP de Corbeil-Essonnes et successeur de l'industriel Serge Dassault.
Jean-Pierre Bechter, maire UMP de Corbeil-Essonnes et successeur de l'industriel Serge Dassault.

Le maire de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter a passé la nuit en garde à vue dans les locaux de la police financière à Nanterre. À la fin de son deuxième jour de rétention, il peut soit ressortir libre soit être déféré devant les juges d'instruction du pôle financier qui pourraient le mettre en examen. De source proche de l'enquête, cette dernière option est considérée comme la plus probable. Candidat à sa propre succession (à moins que ce ne soit Serge Dassault), une mise en examen l'affaiblirait face au candidat socialiste, le député Carlos Da Silva, suppléant de Manuel Valls à l'Assemblée nationale, qui a déclaré sa candidature la veille de la garde à vue de Jean-Pierre Bechter. Les magistrats doivent démontrer que l'argent que le sénateur Dassault a généreusement distribué à quelques-uns de ses ex-administrés - il fut maire de Corbeil avant d'être contraint par la justice de laisser son fauteuil à Bechter - a servi à corrompre des électeurs.L'ancien député de Corrèze n'est pas seul à Nanterre. Cinq autres personnes ont également été placées en garde à vue hier. Younès Bounouara, extrait de sa cellule de la Santé où il est détenu pour une tentative d'homicide, et son neveu qui a ouvert un compte en banque alimenté par une partie de l'argent alloué par Dassault à Bounouara. Ce dernier disposait d'une procuration. L'adjointe au maire Cristel de Oliveira, le garde du corps de Serge Dassault Zinedine, dit "zizou"...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant