Coran, salafisme et Soral : le grand bazar des librairies islamiques

le
0
Le Coran, en vente à la Librairie de l'Orient, rue des Fossés-Saint-Bernard, dans le 5e arrondissement de Paris.
Le Coran, en vente à la Librairie de l'Orient, rue des Fossés-Saint-Bernard, dans le 5e arrondissement de Paris.

La rue Jean-Pierre-Timbaud à Paris a deux visages. La nuit, l'alcool coule à flots, comme dans tout le bas Belleville. Et le jour, les abords de la mosquée Omar se transforment en "Quartier latin islamique", prisé pour ses "librairies" spécialisées. Des boutiques qui vendent en fait bien plus que des livres. Orientica-Iqrashop, à la sortie du métro Couronnes, est typique de ces commerces hybrides.

Deux jeunes femmes, cheveux découverts, y auscultent boîtes de henné, tapis et autres produits "ethniques". Un géant en qamîs (habit blanc du temps de Mahomet) passe la porte avec un sourire et un "Salam aleykoum". Un client à calotte en complimente un autre pour son maillot de foot, sous les livres reliés d'arabesques dorées. À l'arrière, les essais du Suisse Tariq Ramadan et du Français Aïssam Aït-Yahya, pourfendeur de la laïcité, luisent sous plastique. Et les ?uvres complètes du Turc Harun Yahya, champion du créationnisme musulman, côtoient la philosophie de Roger Garaudy, communiste converti à l'islam, condamné pour ses délires négationnistes. Curieux bazar.

Le Coran est Charlie

Il existe bien pourtant à Paris de véritables "librairies islamiques". La Librairie d'Orient, face à l'Institut du monde arabe, est un dédale tortueux de beaux livres et de publications savantes. C'est le QG du groupe Al Bouraq (nom de la monture céleste du Prophète), fondé en 1992 par des Libanais, les Mansour,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant