COR-Un dernier signal du vol MH370 dans le détroit de Malacca

le
2
UN DERNIER SIGNAL DU VOL MH370 PEUT-ÊTRE DÉTECTÉ DANS LE DÉTROIT DE MALACCA
UN DERNIER SIGNAL DU VOL MH370 PEUT-ÊTRE DÉTECTÉ DANS LE DÉTROIT DE MALACCA

par Stuart Grudgings

KUALA LUMPUR (Reuters) - Correction de l'heure du décollage du vol MH370 au 8e paragraphe.

Le dernier signal connu du vol Kuala Lumpur-Pékin de la Malaysia Airlines disparu tôt samedi matin a peut-être été enregistré trois quarts d'heure après qu'il s'est effacé des écrans radars, très à l'ouest de son trajet prévu, ont déclaré mercredi les autorités malaisiennes.

Selon le chef d'état-major de l'armée de l'air, ce signal émanant possiblement du vol MH370 - le conditionnel reste de rigueur - a été enregistré à 02h15 heures locales (vendredi 16h15 GMT), soit un peu moins de deux heures après son décollage de Kuala Lumpur et une heure après un ultime contact radio en mer de Chine méridionale.

Rodzali Daud a ajouté que l'appareil se trouvait alors à 200 miles (320 km environ) au nord-ouest de l'île de Penang, de l'autre côté de la Malaisie, dans le détroit de Malacca, à des centaines de km de l'endroit où il se trouvait lorsqu'il a disparu des écrans radars.

Mais il a souligné que ces informations étaient encore conditionnelles et qu'elles devaient être confirmées.

Près de cinq jours après la disparition du vol MH370 avec 239 passagers et membres d'équipage à son bord, les opérations de recherches se sont encore élargies mercredi, balayant désormais un vaste territoire allant de la mer de Chine méridionale aux eaux territoriales indiennes. Les autorités et les différentes directions de l'aviation civile impliquées ne disposent toujours pas de piste ou d'indice matériel solide susceptible d'orienter leurs recherches ou de progresser sur les raisons de la disparition.

UN DÉTOUR

Le Vietnam, qui a brièvement réduit mercredi matin le rayon de ses recherches, est revenu à son dispositif initial. La Chine a mis en oeuvre des moyens aériens. Les eaux qui bordent les îles indiennes d'Andaman et Nicobar, au nord-ouest de la Malaisie, sont désormais explorées (la mer d'Andaman se trouve juste à l'extrémité nord du détroit de Malacca).

La difficulté à délimiter une zones de recherche épaissit le mystère du vol MH370, sans grand précédent dans l'histoire récente de l'aviation civile. En juin 2009, six jours s'étaient écoulés avant que les premiers débris du vol Rio-Paris d'Air France ne soient repérés.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s'est effacé des écrans radar une heure environ après avoir décollé de l'aéroport de Kuala Lumpur à destination de Pékin à 00h41 (vendredi 14h41 GMT).

Des dizaines d'avions et de navires appartenant à dix pays ont passé au crible des milliers de km2 en mer et au-dessus de la Malaisie.

L'Indonésie et la Thaïlande, de part et d'autre du détroit de Malacca, ont annoncé que leurs dispositifs de surveillance militaire n'avaient rien détecté d'inhabituel dans leur espace aérien.

Une confirmation que le vol MH370 a effectué un détour serait capitale, signifiant que l'avion aurait volé plusieurs dizaines de minutes au moins après la perte de contact avec le sol, réduisant la théorie d'une brutale explosion en vol.

Les enquêteurs se penchent également sur le passé des passagers et membres d'équipage.

La compagnie Malaysia Airlines a annoncé dans un communiqué prendre au sérieux le témoignage d'une Sud-Africaine, qui assure, images à l'appui, avoir été invitée par le co-pilote du vol MH370, Farid Ab Hamid, à venir s'asseoir dans le cockpit avec une amie lors d'un vol antérieur, il y a deux ans.

Mais à Pékin, le directeur commercial de la compagnie, Hugh Dunleavy, a déclaré à l'agence Reuters que la Malaysia Airlines n'avait "aucune raison de penser" qu'un acte intempestif de l'équipage a provoqué la disparition de son Boeing 777.

(avec Nguyen Phuong Linh à Phu Quoc, Vietnam, et Adam Rose à Pékin; Julien Dury et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8925519 le mercredi 12 mar 2014 à 13:04

    Quelle pagaille ! Je sens qu'ils vont finir par nous dire qu'ils ne sont pas sûr que l'avion ait décollé ! ! !

  • a.lauver le mercredi 12 mar 2014 à 09:00

    Ou comment chercher du coté de Biarritz un avion qui faisait marseille-Paris :o)