COR-Succès des pro-russes avant la réunion sur l'Ukraine jeudi

le
2
BRAS DE FER DANS L?EST DE L?UKRAINE
BRAS DE FER DANS L?EST DE L?UKRAINE

par Gabriela Baczynska et Thomas Grove

KRAMATORSK/SLAVIANSK Ukraine (Reuters) - Lire au 11e paragraphe que Lavrov et son homologue ukrainien se sont déjà rencontrés

A la veille de la réunion quadripartite jeudi à Genève, les séparatistes pro-russes ont infligé mercredi une humiliation symbolique aux autorités de Kiev en confisquant six véhicules de transport de troupes dépêchés dans le cadre d'une tentative de reprise en main de l'est de l'Ukraine.

Dans la matinée, les blindés arborant le drapeau ukrainien ont traversé la ville de Kramatorsk où les troupes gouvernementales se sont déployées mardi soir à l'aérodrome militaire dans le cadre d'une "opération spéciale" annoncée par le président ukrainien Olexander Tourtchinov.

Mais des hommes en armes bénéficiant de la complicité d'agents russes, selon le ministère ukrainien de la Défense, se sont emparés des six véhicules sur lesquels ils ont hissé le drapeau russe en signe de défiance à l'égard des autorités de Kiev.

"Une colonne a été bloquée par la foule à Kramatorsk avec des membres d'un groupe d'agitateurs terroristes russes", explique le ministère de la Défense dans un communiqué. "Profitant de ce barrage, les extrémistes ont saisi ces équipements", ajoute le texte.

Les blindés ont ensuite pris la route de la localité de Slaviansk où ils se trouvent gardés par des "gens en uniforme qui n'ont rien à voir avec les forces armées ukrainiennes".

Un soldat surveillant les six véhicules a déclaré à Reuters faire partie de la 25e division parachutiste ukrainienne basée à Dniepropetrovsk.

"Tous les soldats et officiers sont ici. Nous sommes tous des camarades et nous n'allons pas tirer sur notre propre peuple", a commenté ce soldat portant un uniforme sans insigne distinctif. "Ils ne nous avaient pas donné à manger depuis trois jours sur notre base. Ici, ils nous ont nourris. Avec qui vous pensez que nous allons combattre ?" a-t-il lancé.

IMPUISSANCE

Les séparatistes, pour certains cagoulés, armés de Kalachnikov, de lance-grenades, de poignards et de pistolets, ont salué la population lors de leur défilé, et certains habitants les ont acclamés.

Au-dessus d'eux, un chasseur de l'armée de l'air ukrainienne a survolé la ville pendant plusieurs minutes. Les véhicules des séparatistes se sont arrêtés devant l'hôtel de ville, aux mains des leurs depuis plusieurs jours.

Ce revers militaire a un peu plus illustré l'impuissance dans laquelle se trouve le nouveau pouvoir en place à Kiev avant la rencontre prévue jeudi à Genève.

La Russie sera représentée par le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov et l'Ukraine par son ministre des Affaires étrangères Andrij Dechtchitsia. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et la représentante de la diplomatie européenne Catherine Ashton participeront également à cette rencontre.

Les autorités ukrainiennes tentent de reprendre le contrôle de la situation en évitant une effusion de sang dont elles redoutent qu'elle entraîne un engagement militaire russe.

L'épisode survenu mercredi témoigne également du manque de préparation de cette armée ukrainienne qui n'a pas joué le moindre rôle depuis le début de la contestation, en novembre.

Dans la grande ville industrielle de Donetsk, qui compte près d'un million d'habitants, une trentaine de séparatistes en tenues camouflage dépareillées et armés de fusils d'assaut, de fusils de chasse, de pistolets et de poignards ont pris le contrôle de l'hôtel de ville à 07h00 GMT, a déclaré un porte-parole de la municipalité.

"LA RUSSIE EXPORTE LE TERRORISME"

La Russie, qui ne reconnaît pas le gouvernement pro-occidental arrivée au pouvoir à Kiev après la destitution du président Viktor Ianoukovitch le 22 février, s'emploie à dramatiser la situation en Ukraine avant la réunion genevoise.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré à la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'une conversation téléphonique mardi soir, que Kiev était "engagé dans un processus non constitutionnel" en recourant à l'armée contre les séparatistes. "La forte escalade du conflit place le pays, de fait, au bord de la guerre civile", a-t-il dit.

Au Vietnam d'où il se rendra à Genève, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a estimé que Kiev devait écouter le peuple ukrainien et éviter de recourir à la force.

"Il est inacceptable d'utiliser les forces armées dans l'est de l'Ukraine", a-t-il dit à la presse à Hanoï.

Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a rétorqué mercredi matin que la Russie "exporte le terrorisme vers l'Ukraine" en chargeant des forces secrètes d'organiser les séparatistes armés qui attaquent des bâtiments publics dans l'est du pays.

"Le gouvernement russe doit immédiatement cesser ces menées, condamner les terroristes et exiger d'eux qu'ils se retirent des bâtiments (qu'ils occupent)", a dit Arseni Iatseniouk. "Cela, si la Fédération de Russie veut stabiliser la situation, ce dont je doute grandement", a-t-il ajouté.

(Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le mercredi 16 avr 2014 à 13:40

    Une partie des troupes ukrainiaines est en train de passer du côté pro russe avec armes et bagages. Scénario qui s'était déjà produit en Crimée..... Une partition pacifique serait la moins mauvaise solution à mon avis.

  • Boongo le mercredi 16 avr 2014 à 13:28

    Reuter (boite de presse américain) et la neutralité ça fait deux .