COR-Plenel refuse de répondre à la police sur l'affaire Kadhafi

le
4
COR-Plenel refuse de répondre à la police sur l'affaire Kadhafi
COR-Plenel refuse de répondre à la police sur l'affaire Kadhafi

Erreur dans le titre

PARIS (Reuters) - Le directeur du site d'informations Mediapart Edwy Plenel a refusé de répondre vendredi aux questions de la police sur un document publié fin avril laissant penser que la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy avait été financée par le régime libyen de Mouammar Kadhafi.

Mediapart ne refuse pas de s'expliquer mais conteste devoir le faire dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet après la plainte pour "faux et usage de faux, diffusion de fausses nouvelles" déposée par Nicolas Sarkozy, a dit Edwy Plenel à Reuters après son audition.

"J'ai dit aux policiers que Mediapart n'était pas une officine qui fabriquerait de faux documents ou diffuserait de fausses nouvelles", a-t-il expliqué. Il a aussi rapporté avoir déclaré aux enquêteurs qu'il voyait la procédure comme "attentatoire au droit de la presse car ne permettant pas une confrontation loyale".

Le site a publié un document présenté comme une note des autorités libyennes formalisant un accord pour un appui à la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007 pour un montant de cinquante millions d'euros.

La confusion règne sur ce document, son signataire supposé, l'ex-patron des services secrets Moussa Koussa en niant l'authenticité tandis que des avis contradictoires étaient émis par plusieurs ex-dignitaires du régime Kadhafi.

Le directeur de Mediapart a remis aux policiers une série de 45 documents montrant selon lui que l'enquête de Mediapart, au-delà du document incriminé, met au jour des "indices graves et concordants" de financement frauduleux de la campagne Sarkozy par le régime Kadhafi.

Il souhaite qu'un juge d'instruction indépendant soit désigné pour enquêter sur le fond du problème. Interrogé sur cette éventualité, le parquet se refuse à tout commentaire.

L'immunité présidentielle de Nicolas Sarkozy expire mi-juin.

Thierry Lévêque, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chatnour le vendredi 18 mai 2012 à 15:40

    foutez-le en taule, ça lui fera les pieds et personne n'y perdra rien pour la liberté de l'information puis que ses infos sont pipées et tendancieuses !

  • frinie1 le vendredi 18 mai 2012 à 15:27

    La liberté de la presse fait que nous avons des gesn qui se croient au-dessus de tout. Qu'ils fassent leur boulot et qu'ils répondent aux enquèteurs, quoi de plus normal, pour qui se prennent tils ?

  • msglyon le vendredi 18 mai 2012 à 14:48

    LE titre : Plenel REFUSE de répondre à la police". la 5eme ligne "Mediapirt NE REFUSE PAS de s'exprimer...." DE QUI SE MOQUE T'ON ?

  • grinchu1 le vendredi 18 mai 2012 à 14:32

    la presse ne devrait avoir aucune sorte de privilèges par rapport au commun des mortels,ni,d'ailleurs bien d'autres privilégiés,fonctionnares ou autres politiques qui,avec ces systèmes dérogatoires,sapent les bases de la démocratie et de la liberté;à escient je n'emploie pas le terme grossier,mais adapté à ce genre de situaion,d'égalité...