COR - LFoundry en redressement judiciaire, 700 emplois menacés

le
0

Bien lire "redressement judiciaire", non "liquidation judiciaire"

MARSEILLE (Reuters) - L'entreprise LFoundry, dont l'usine de semi-conducteurs de Rousset (Bouches-du-Rhône) emploie 700 personnes, a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Paris, a-t-on appris de source syndicale.

La procédure a été accompagnée d'une période d'observation de six mois.

L'annonce, qui a été faite vendredi aux syndicats lors d'un comité extraordinaire d'entreprise sur le site de Rousset, devrait s'accompagner d'un plan de réduction de personnel dont les contours n'ont pas été précisés.

"L'ampleur de ce plan de restructuration dépendra du carnet de commande des prochains mois", a affirmé à Reuters le secrétaire général du syndicat Sud, Stéphane Vayre.

Le site connaît une situation financière délicate depuis la vente par Atmel, en 2010, de son unité de fonderie de semi-conducteurs à l'Allemand LFoundry.

Selon les syndicats, les commandes ont chuté d'environ 30% depuis le début du mois d'avril en raison de la non reconduction d'un contrat avec le groupe américain Atmel pour la production de tranches de silicium qui prend fin en juin.

L'échéance du contrat de sous-traitance accordé pour trois ans par le groupe américain et le retrait au mois d'avril d'une offre de partenariat par un Fonds d'investissement public (PIF) d'Arabie Saoudite ont grevé les dettes de l'entreprise.

"A ce jour, aucune négociation n'est plus engagée entre Atmel et LFoundry. Si cette situation doit perdurer, c'est la mort assurée du site dans moins d'un an", dit encore Stéphane Vayre.

Le site de Rousset compte 700 salariés, dont 80 en contrat à durée déterminée (CDD), pour 300 emplois indirects.

Jean-François Rosnoblet, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant