COR-Le père de la famille d'accueil de Laëtitia remis en liberté

le
0
COR-Le père de la famille d'accueil de Laëtitia remis en liberté
COR-Le père de la famille d'accueil de Laëtitia remis en liberté

Correction: bien lire "père de la famille d'accueil" dans le titre.

NANTES (Reuters) - Le père de la famille d'accueil de Laëtitia Perrais a été remis en liberté surveillée vendredi, après huit mois de détention provisoire pour viols et agressions sexuelles sur six adolescents accueillis dans sa maison de La Bernerie-en-Retz (Loire-Atlantique).

Parmi ses victimes présumées, figure Jessica, la soeur jumelle de l'adolescente tuée en janvier 2011 par Tony Meilhon, dont le corps avait été retrouvé découpé dans deux étangs.

Gilles Patron sera assigné à résidence sous bracelet électronique chez un couple d'amis des Deux-Sèvres, à environ 200 km de Pornic. Il ne pourra sortir que pour se rendre aux convocations de la juge d'instruction ou préparer sa défense.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes a rejeté l'appel du parquet, qui s'opposait à cette remise en liberté en raison des "risques de réitération des faits et de pressions sur les plaignants", mais aussi du "trouble persistant à l'ordre public", rapporte l'avocat de Gilles Patron.

"Il reconnaît la matérialité des relations avec Jessica, même s'il en conteste le caractère forcé", a dit l'avocat, Thierry Fillion. "Il conteste toutes les autres accusations".

La remise en liberté de Gilles Patron doit aussi "permettre de renforcer le statut de victime" de l'intéressé dans l'enquête sur le meurtre de Laëtitia Perrais, a réagi de son côté Pascal Rouiller, avocat de la famille Patron.

"Monsieur Patron et sa famille, constitués partie civile contre Tony Meilhon, entendent poursuivre leur légitime intervention devant la Justice pour obtenir la condamnation de ces faits odieux", lit-on dans un communiqué.

"Tout rapprochement infondé et injurieux entre les faits commis par Tony Meilhon et les faits reprochés par ailleurs à Gilles Patron est désormais clairement et définitivement écarté", est-il ajouté.

L'instruction concernant le meurtre de Laëtitia Perrais, qui vient d'être close et devrait conduire Tony Meilhon devant les assises début 2013, n'a pu démontrer l'existence d'un viol préalable de l'adolescente.

Gilles Patron s'était fait connaître des médias en réclamant aux pouvoirs publics "de donner des moyens à la justice" pour lutter contre les "violeurs récidivistes", après l'arrestation du meurtrier présumé.

Guillaume Frouin, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant