COR - La crise en Europe pèsera plus en 2014 sur Baccarat

le
0

par Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Correction : Précise les attributions de Daniela Riccardi dans notre dépêche diffusée jeudi

Baccarat, le spécialiste français du cristal, s'attend à une poursuite de la baisse de ses ventes en 2014 du fait de la détérioration des conditions de marché en Europe qui s'avère pire que celle de 2013, a déclaré jeudi Daniela Riccardi, la directrice générale du groupe.

"La situation s'est détériorée en Europe progressivement, et cette année encore plus que l'année dernière. Si cette situation de marché ne s'améliore pas, il sera très difficile d'arriver à une croissance (des ventes) en publié", a-t-elle dit lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe.

En 2013, les ventes de Baccarat ont baissé de 6,3% à 106,5 millions d'euros tandis que son résultat d'exploitation, bénéficiaire de 4,68 millions d'euros en 2012, a été déficitaire de 6,67 millions d'euros.

Daniela Riccardi a expliqué que Baccarat, qui fabrique des verres en cristal, des bijoux et des bouteilles d'alcool, comme le cognac, a été durement touché par les mesures anti-corruption de la Chine qui ont pénalisé les ventes de cognac dans le pays.

En outre, la dépréciation du yen contre l'euro a pesé sur les ventes en 2013. Baccarat réalise un peu plus d'un quart de son chiffre d'affaires au Japon et environ 25% en France.

La directrice générale a aussi fait état d'une baisse de 11%des ventes de bijoux l'an dernier à cause de retards de livraisons.

Daniela Riccardi, qui siège aussi au conseil de Kering, propriétaire de Gucci, a rejoint Baccarat il y a un an après une succession de directeurs généraux au gouvernail de l'entreprise depuis 2006.

Son salaire de base et son bonus totaliseraient 1,5 millions d'euros en 2014 si ses objectifs étaient atteints. Elle percevra en plus 165.000 euros d'allocation logement et 35.000 euros pour l'éducation de ses enfants.

Daniela Riccardi a refusé de dire quels objectifs lui avaient été fixés, sinon l'amélioration de la rentabilité de l'entreprise.

Elle a cependant averti les actionnaires que si les tendances du marché restaient les mêmes, "il devrait être compliqué" pour le groupe de retrouver une situation bénéficiaire tant au niveau du net que de l'exploitation en 2014.

La directrice générale a ajouté qu'elle espérait que la rationalisation en cours de Baccara couplée aux initiatives commerciales liées aux 250ème anniversaire de la marque cette année devraient porter leurs fruits et aider le groupe à renouer avec la croissance, tant en termes de ventes que de rentabilité.

Baccara, qui est contrôlé par les sociétés d'investissement Starwood le Capital et Catterton Partners, prévoit d'ouvrir un hôtel de luxe à New York en décembre.

L'action Baccara, qui a perdu 5% depuis le début de l'année après un gain de 32% en 2013, a clôturé jeudi à 216,95 euros, ce qui valorise la société à 180,2 millions d'euros en Bourse.

(Noëlle Mennella pour la version française, édité par Juliette Rouillon et Gwénaëlle Barzic)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant