COR- Jean-Marc Ayrault veut avancer vite sur l'union bancaire

le
4
JEAN-MARC AYRAULT VEUT ACCÉLÉRER LES DISCUSSIONS SUR L'UNION BANCAIRE
JEAN-MARC AYRAULT VEUT ACCÉLÉRER LES DISCUSSIONS SUR L'UNION BANCAIRE

Bien lire par branches et non par tranches, § 7

STRASBOURG (Reuters) - Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a émis vendredi le souhait que l'union bancaire européenne soit rapidement établie à l'issue des élections législatives allemandes de la fin du mois.

Les efforts des Vingt-Huit pour établir cette union avec un superviseur unique et un mécanisme de résolution ont pris du retard sur fond de divergences des différents gouvernements sur les modalités et le coût de sa mise en oeuvre.

Berlin s'est d'ores et déjà prononcé contre toute "proposition irréaliste" sur ce sujet afin de ne pas déstabiliser les marchés.

"L'union bancaire ne doit pas tarder à être réalisée. Elle prend un peu de retard. J'espère qu'après le 22 septembre, lorsque le débat démocratique allemand sera terminé et que les Allemands auront fait leur choix, nous reprendrons les discussions et que l'union bancaire se mettra rapidement en marche", a-t-il déclaré lors d'un discours à Strasbourg.

"C'est un élément fort de la sécurisation de la situation en Europe (...), c'est vital", a-t-il plaidé devant un parterre d'élus locaux et de décideurs économiques, à l'occasion de l'inauguration de la Foire européenne.

Jean-Marc Ayrault s'est également prononcé pour la création d'un salaire minimum à l'échelle de l'Union.

"Il faut discuter sans tarder de la mise en place, même si c'est par branches, d'un salaire minimum, parce que sinon c'est la fuite en avant", a-t-il affirmé en faisant référence à un projet évoqué par Angela Merkel en Allemagne, où le salaire minimum n'existe pas pour l'instant.

"Il n'est pas acceptable qu'on fasse travailler des gens à quatre euros de l'heure", a estimé le Premier ministre, en faisant référence aux écarts de rémunération entre la France et l'Allemagne dans le secteur de l'agriculture.

"Si, en Allemagne, il y a un débat là-dessus, alors il faut qu'il ait lieu dans toute l'Europe", a poursuivi le chef du gouvernement.

Thomas Calinon, édité par Elizabeth Pineau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le vendredi 6 sept 2013 à 15:37

    Les Européens se f... complètement ce que pense Ayrault et son président de l'union bancaire. Elle se fera au rythme décidé par Merkel.

  • M4896128 le vendredi 6 sept 2013 à 14:57

    Aller vite sur l'union bancaire. Bien sûr, les banques françaises sont dans un tel mauvais état financier qu'il faut vite mutualiser la couverture des faillites. La BNP est la banque européenne qui a le plus d'engagements sur l'Italie. Le montage financier de Mario Draghi lors de son passage chez Goldman Sachs pour effacer -momentanément- la dette italienne afin que le pays puisse rentrer dans l'Euro arrive à échéance et l'Italie va devoir reprendre son paquet de dettes ...

  • M2280901 le vendredi 6 sept 2013 à 14:44

    pôv petit il n'en verra pas la fin , on va le virer avant

  • xela78 le vendredi 6 sept 2013 à 14:00

    Ne donnons pas de leçon aux pays qui s'en sortent très bien. Notre économie est sur le déclin et nous avons beaucoup à apprendre des allemands.Alors l'ami AYRAULT plutot que de te contenter d'augmenter les impots et taxes essaie de trouver des solutions intelligentes pour nous sortir du marasme dans lequel tu nous plonge.