COR-Cannes: une sélection à dominante franco-américaine

le
0
QUELQUE 19 FILMS EN COMPÉTITION POUR LA PALME D'OR DU 66E FESTIVAL DE CANNES
QUELQUE 19 FILMS EN COMPÉTITION POUR LA PALME D'OR DU 66E FESTIVAL DE CANNES

Correction: bien lire que le film d'Asghar Farhadi "Une séparation" a remporté l'Ours d'or à Berlin en 2011.

PARIS (Reuters) - Les organisateurs du Festival de Cannes ont dévoilé jeudi les 19 films, dont six français et quatre américains, qui seront en compétition pour la Palme d'Or.

Pas moins de 1.858 longs métrages ont été proposés aux trois comités de sélection de ce 66e Festival, a déclaré son délégué général Thierry Frémaux lors d'une conférence de presse en promettant une manifestation remplie de "découvertes, de surprises et de stars".

De cette montagne de films, les organisateurs ont extrait une sélection officielle plutôt resserrée. Elle ne comporte que 47 longs métrages, alors qu'habituellement elle dépasse les 50. De même, la compétition officielle met aux prises 19 longs métrages seulement contre 22 l'an passé.

Gilles Jacob, le président du Festival, a insisté sur sa mission "de défrichage et d'accompagnement", une mission "presque éducative".

Les organisateurs du Festival ont d'ailleurs pour habitude d'insérer de nouvelles entrées dans la sélection avant son ouverture, le 15 mai prochain cette année.

Onze jours plus tard, le jury présidé par le cinéaste américain Steven Spielberg remettra la Palme d'or à l'heureux lauréat.

Le film d'ouverture "Gatsby le magnifique", du réalisateur australien Baz Luhrmann, et celui de clôture "Zulu", du Français Jérôme Salle, connus bien avant jeudi, ne sont pas en compétition.

Cette dernière rassemble aussi bien les Américains Ethan et Joel Coen, James Gray, Steven Soderbergh - bien connus des festivaliers - et Alexander Payne, que les Français Valeria Bruni-Tedeschi, François Ozon, Arnaud Desplechin, Arnaud des Pallières, Abdellatif Kechiche ou encore Roman Polanski.

Steven Soderbergh, qui présente "Ma vie avec Liberace", décrocha la Palme d'or en 1989 avec son premier film "Sexe, mensonges et vidéo". Les frère Coen, venus avec "Inside Llewyn Davis" qui raconte la vie d'un chanteur folk dans le Greenwich Village new-yorkais des années 60, furent distingués quant à eux en 1991 avec "Barton Fink".

Roman Polanski, palmé en 2002 grâce à "Le pianiste", revient avec "La Vénus à la fourrure", adapté du roman éponyme de Sacher-Masoch, avec à l'affiche Mathieu Amalric et Emmanuelle Seigner.

L'Asie est représentée par deux cinéates japonais - Takashi Miike et Hirokazu Kore-Eda - et un réalisateur chinois, Jia Zhangke.

L'Inde sera par ailleurs le pays invité sur la Croisette pour célébrer les 100 ans du cinéma dans ce pays.

L'un des cinéastes sans doute les plus attendus dans cette compétition est l'Iranien Asghar Farhadi, qui proposera le "Passé". Sa précédente oeuvre - "Une séparation" - gagna l'Ours d'or à Berlin en 2011 puis, l'année suivante, le Golden Globe, le César et l'Oscar du meilleur film étranger.

L'Afrique, dont le cinéma a énormément de difficultés à se faire entendre, est représentée par le cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun et son "Grigris".

Il avait fait une entrée remarquée en 2010 sur la Croisette avec "Un homme qui crie", distingué par un Prix du Jury.

Wilfrid Exbrayat, édité par Marc Joanny

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant