COR - Baptême du feu politique amer pour Edouard Martin

le
10
CRITIQUES SUR LA CANDIDATURE D'EDOUARD MARTIN AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES
CRITIQUES SUR LA CANDIDATURE D'EDOUARD MARTIN AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES

Correction: Walter Broccoli est représentant de FO et non de la CGT

PARIS (Reuters) - La conversion politique d'Edouard Martin, leader emblématique du combat syndical à l'usine d'ArcelorMittal de Florange (Moselle), suscite l'amertume de ses anciens camarades ouvriers et les critiques acerbes de ses futurs adversaires aux européennes.

Le délégué CFDT a annoncé mardi soir sur France 2 qu'il serait tête de liste aux élections européennes de mai 2014 dans le Grand-Est, aux dépens de l'eurodéputée socialiste Catherine Trautmann, reléguée en deuxième place sur la liste PS.

"C'est une bonne nouvelle. Cette candidature montre que le PS sait rassembler", a commenté la ministre de la Santé Marisol Touraine sur France 2. Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a salué sur France Info "une bonne chose pour les travailleurs de la Lorraine", "pour le pays".

Mais l'ancienne ministre Nadine Morano, pressentie pour diriger la liste UMP dans le Grand-Est, a dénoncé "la récompense" accordée selon elle à un syndicaliste "qui menait un combat personnel et surtout un combat politique".

"L'heure de la récompense a sonné mais aussi d'assumer la politique du gouvernement qui l'a trahi", a-t-elle déclaré sur Twitter.

Il y a un peu plus d'un an, Edouard Martin avait accusé publiquement de trahison François Hollande et Jean-Marc Ayrault après l'extinction des hauts-fourneaux de Florange.

Le vice-président du Front national Florian Philippot, tête de liste Front national dans le Grand-Est, a estimé mercredi sur i>TÉLÉ que le syndicaliste était "allé à la soupe". "Edouard Martin, c'est la trahison à Florange", a-t-il dit.

"AU MILIEU DES LOUPS"

Un jugement qui fait écho aux réactions désabusées des anciens combattants de lutte du syndicaliste.

"Il va se retrouver demain au milieu des loups qu'il nous a encouragés à combattre hier. Nous, on est très dubitatifs aujourd'hui sur la sincérité de sa démarche", a déclaré sur i>Télé Frédéric Weber, délégué Force ouvrière (FO) à l'usine de Florange.

"Il a toujours dit, 'le but c'est de pouvoir se regarder le matin dans le miroir'. Je pense qu'il a dû les démonter de chez lui les miroirs, parce que je peux vous dire qu'aujourd'hui, ce n'est plus du tout l'homme qui était un frère d'armes hier", a-t-il poursuivi.

Frédéric Weber craint que le combat pour Florange en soit décrédibilisé : "Les gens auront toujours le doute de savoir si ça a été fait pour des buts de carrière personnelle ou si on a même été manipulés à un moment dans ce combat".

Walter Broccoli, responsable FO, se sent "trahi".

"Je pense qu'il sera beaucoup mieux comme politicien que comme syndicaliste. Maintenant, on sait à qui on à faire", a-t-il dit sur BFM TV.

Le maire socialiste de Florange, Philippe Tarillon, assure qu'Edouard Martin n'est pas "dans le calcul" mais "dans la sincérité".

"Ceux qui pensent qu'il a fait ça par calcul et par carriérisme, franchement ils ne le connaissent pas", a-t-il affirmé sur BFM TV.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4760237 le mercredi 18 déc 2013 à 14:15

    Avec son pédigrée, c'est sûrement le futur premier ministre.

  • a.lauver le mercredi 18 déc 2013 à 12:18

    il espérait quoi d'autre le mec? Que les ouvriers de Florange lui chante la Marseillaise?

  • 84188637 le mercredi 18 déc 2013 à 12:09

    Caius Julius Caesar à dit : " si tu ne peux mater un rebelle , achète le "

  • dresden le mercredi 18 déc 2013 à 12:03

    Je ne connais pas Edouard Martin mais je trouve ces réactions dépacées. C'est un procès d'intention. A condition de séparer syndicalisme et politique, tout syndicaliste peut faire une carrière politique. Après c'est aux électeurs de choisir.

  • brinon1 le mercredi 18 déc 2013 à 11:51

    à son Äge cela est bien du calcul, un mandat à Bruxelles, rien de plus, et un super bonus de retraite (et ce n'est pas la retraite d'un employé des mines de Florange), cela s'appelle une "retraite chapeau'... et cela vaut bien quelques insultes ou propos désagréables, on en parlera plus 3 mois après.LA SOUPE EST BONNE !

  • M3155433 le mercredi 18 déc 2013 à 11:51

    il a été trahi(à raisonn) et l'a dit fortement , avec sincerité , par le PS , et le voilà qui accepte , en plus ,d'etre le 1er de la liste. Vraiement les dents longues, vraiment aucune parole , vraiment un excellent futur homme politique , pour le bien de la France et des français !....Triste classe politique !

  • j.petitp le mercredi 18 déc 2013 à 11:48

    On n'a vraiment pas envie de lui confier la gestion de notre économie

  • sidelcr le mercredi 18 déc 2013 à 11:31

    Bouffé , comme les petits cochons .

  • jpkbours le mercredi 18 déc 2013 à 11:29

    merite bien c e basching...va pouvoir etre élu et gagné 8000e pa rmoi...avec chauffeur bon calculmeilleur que sur liste melanchon..ah la politique et les syndicatsils ont inventé le reclassement porofessionnel sans fin sans vraiement travailler...trop fortfaudra un j que la societe civile se révolte...

  • adfg-tan le mercredi 18 déc 2013 à 11:27

    Un traitre à "sa" (Sic!) cause. Encore un homme qui doit avoir cassé les miroirs de ses promesses.