Copropriété : décriés, les syndics seront bientôt plus encadrés

le
0
Copropriété : décriés, les syndics seront bientôt plus encadrés
Copropriété : décriés, les syndics seront bientôt plus encadrés

Les relations entre propriétaires et syndics de propriété ne cessent de se détériorer. Selon une étude réalisée par l'association de consommateurs CLCV, seuls 39% des propriétaires se disent globalement satisfaits de leur syndic, quand ils étaient encore 49% il y a deux ans. Une désaffection qui concerne l'ensemble des prestations assurées par les syndics de copropriétés: qualité de la gestion, suivi des impayés... Toutes sont décriées sans exception. 

Les propriétaires dénoncent particulièrement le manque de réactivité des syndics lorsqu'ils sont sollicités, 64% d'entre eux jugeant que la réponse apportée n'est pas à la hauteur.

Selon Le Figaro, le désamour des propriétaires pour leur syndic s'expliquerait aussi par une hausse de leurs honoraires au cours des deux dernières années. «Un très grand nombre de syndics ont profité du vote de la loi Alur pour fortement augmenter leurs honoraires. Dans certains cas, les hausses sont supérieures à 20 %», explique un expert de la CLCV sur le site du quotidien. Une augmentation des frais décidée par les syndics pour compenser les frais supplémentaires induits par l'obligation d'ouvrir, à partir de mars 2015, un compte bancaire séparé au nom de chaque copropriété.

Face à cette hausse des frais de copropriété, l'étude note que 92% des propriétaires sont favorables au volet de la loi Alur prévoyant de limiter les prestations exceptionnelles des syndics. La loi propose notamment la mise en place d'un forfait de base, dans lequel tout sera compris, sauf une liste précise d'une dizaine de frais exceptionnels. Frais exceptionnels qui seront eux-mêmes mieux encadrés de manière à limiter les tarifs.

Le gouvernement entend aussi légiférer sur les états datés. Il s'agit d'un document à fournir obligatoirement au moment de vendre son bien immobilier. On doit se le procurer auprès du syndic. Aujourd'hui le prix de cette prestation est libre. A l'avenir il sera ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant