Copé voit un marché de dupes dans le G8 de Camp David

le
2
Copé voit un marché de dupes dans le G8 de Camp David
Copé voit un marché de dupes dans le G8 de Camp David

PARIS (Reuters) - Jean-François Copé voit un "marché de dupes" dans le G8 à Camp David où le nouveau président français estime avoir réussi à imposer le mot-clé de "croissance", unique porte de sortie selon lui pour un monde en crise.

Invité dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1/i>TELE/Le Parisien, le secrétaire général de l'UMP a ironisé sur le bon accueil fait à François Hollande, dont la ligne lui semble toujours hésitante.

"Qui va imaginer que la victoire au G8, si le mot victoire a un sens d'ailleurs, se résumait simplement à dire c'est génial, grande victoire pour la France, on les a tous convaincus d'être pour la croissance? Quelle est la personne qui va vous dire qu'il ne faut pas plus de croissance, il n y a que les Verts qui disent qu'il faut de la décroissance", a-t-il dit.

"J'ai le sentiment d'un marché de dupes", a ajouté Jean-François Copé, jugeant que la chaleur de Barack Obama envers François Hollande visait à faire en sorte que "tout le monde soit autour de la table et qu'il n'y ait pas de clash."

Pour le dirigeant de l'UMP, "le vrai sujet, c'est: quelle est la stratégie de chacun des pays pour recouvrer la croissance."

"Or, je vois bien la stratégie des Américains (...), je vois celle de nos amis allemands (...), mais en ce qui concerne la France, il n'y a pas de stratégie aujourd'hui", a-t-il dit.

Jean-François Copé en veut pour preuve le fait que le mot "compétitivité", qui est la clé de la croissance, "n'est jamais prononcé par aucun des membres du gouvernement socialiste."

"Je crois que François Hollande est à la croisée des chemins parce qu'il a fait beaucoup de promesses durant sa campagne électorale et qu'aujourd'hui, il lui faut dire aux Français s'il va être en situation de tenir ses promesses", a-t-il estimé.

Pour le secrétaire général de l'UMP, François Hollande est "finalement très hésitant." "On ne peut pas d'un côté dire 'on veut nous aussi la croissance' et de l'autre continuer à dire qu'on tiendra les promesses de dépenses publiques."

Gérard Bon, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • peggy111 le dimanche 20 mai 2012 à 16:49

    cope l incapable de la droite qui na jamais rien fait de bon au gouvernement que sa niche cope qui coute des milliards a l economie francaise

  • M5319573 le dimanche 20 mai 2012 à 14:13

    copé, tu nous fatigues!!!!!