Copé veut tourner la page, et vite

le
1
Lassé des querelles, il souhaite se consacrer exclusivement à son rôle de président de l'UMP.

«C'est fini. Point, basta, finito, terminado.» Non, ce soutien de Jean-François Copé ne parle pas de l'UMP et de l'avenir d'une droite réunie dans un grand parti. Mais des «tentatives de négociations», des «mains tendues», des «réunions de la dernière chance» que le président de l'UMP a conduites, offertes, organisées depuis la proclamation de son élection.

«J'ai fait jusqu'au bout tout ce que je pouvais pour arrondir les angles, a assuré Copé dès hier matin sur Europe 1. Je ne vais plus être "que" le premier des opposants.» Dans la journée, pourtant, il tentera une nouvelle proposition. Estimant que l'ultimatum d'un groupe de parlementaires «non alignés» relevait de la «sagesse», il se joint à leur appel et demande à nouveau à François Fillon«d'arrêter immédiatement le groupe dissident qu'il a formé». Mais le député de Seine-et-Marne ne semble pas y...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 29 nov 2012 à 07:55

    JPi - Qu'est ce qui cloche avec ces trois là, Sarko, Filons-Droit et Co-Opération ? Je crois qu'aucun des deux prétendants ne serait capable, comme Sarko, de dépenser 600 milliards d'euros en plus et en trop en 5 ans. Pour cela ils ont besoin de leur maître à dé-penser. Les militants de l'UMP (Ultra Mauvais Parti) devraient y ré-fléchir. Pour Sarko, c'est Ultra Mauvais et Parti. Qu'on se le dise !