Copé veut revoir LR «de fond en comble», Cambadélis est prêt à changer le nom du PS

le
7
Copé veut revoir LR «de fond en comble», Cambadélis est prêt à changer le nom du PS
Copé veut revoir LR «de fond en comble», Cambadélis est prêt à changer le nom du PS

Depuis la campagne d'Emmanuel Macron et de son mouvement En Marche, les partis traditionnels n'ont plus la cote. Les socialistes et les Républicains l'ont bien compris. Invités ce lundi des matinales, Jean-François Copé et Jean-Christophe Cambadélis ont tour à tour évoqué le cas de leur formation, appelant à de profonds changements. Ce dernier a notamment évoqué l'idée d'un nouveau nom pour le Parti socialiste, une première de la part d'un premier secrétaire.

Interrogé sur France Inter sur un éventuel changement de nom du PS, Jean-Christophe Cambadélis a en effet répondu : «ce n'est pas impossible». «Le parti socialiste va se reformuler, se restructurer et je serai au milieu de ce travail», a poursuivi celui dont le combat aux législatives pour sa réélection s'annonce très compliqué. 

 

Ce n'est pas la première fois que le changement de nom du PS est évoqué. Mais c'est la première fois que cette proposition est abordée directement par son patron. En 2009, Manuel Valls avait appelé à changer le nom du PS, estimant que le mot «parti» devrait être remplacé par celui de «mouvement», et jugeant le mot «socialiste» dépassé. Il avait alors créé la polémique et s'était fait remettre en place par la première secrétaire de l'époque, Martine Aubry.

 

« Il faut aborder la nouvelle période sans tabou »

 

Mais depuis, il y a eu le succès d'Emmanuel Macron, le score de 6% à la présidentielle du candidat PS Benoît Hamon et la perspective de législatives catastrophiques pour les socialistes. Selon Jean-Christophe Cambadélis, il faut désormais davantage d'ouverture aux associations, à la société civile. «Le PS ne peut plus vivre comme la SFIO, avec de la verticalité, nous laissons cela à Jean-Luc Mélenchon et à Emmanuel Macron. Il faut trouver une nouvelle formule d'agrégat politique».

Enfin, questionné sur la rue de Solférino, il n'exclut pas un déménagement du siège, s'il y a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a 5 mois

    Bye-bye aux vieux fossiles qui se se gavent dans un monde déconnecté de la réalité !

  • Berg690 il y a 5 mois

    Il y a encore des perdreaux de l'année pour nous dire que l'éclatement de l'Europe y ajouterait la concurrence inter européenne. LoL demande aux gens de Peugeot s'il n'y a pas de concurrence déloyale avec la Pologne. En France 80% des échanges se font avec l'UE ....rien que ça!

  • tropfort il y a 5 mois

    Les deux sont détestés par les français. S'ils restent, ils tuent leur parti. Et ils resteront...

  • jcaumon2 il y a 5 mois

    Ceux qui refusent les conséquences de la mondialisation en terme de concurrence, devraient comprendre que l'éclatement de l'Europe y ajouterait la concurrence inter européenne, c'est tellement évident !!! il n'y a que M. Le Pen pour ne pas le comprendre.

  • jcaumon2 il y a 5 mois

    Sortir de l'EURO, DE L'Europe te de l'OTAN serait déconstruire l'Europe et ajouter des conflits monétaires, commerciaux, fiscaux et sociaux entre tous les pays qui la composent, à ceux entre l'Europe et le reste du monde, recréant les tensions à nos portes par tectonique des plaques...qui nous a conduit aux guerres 14/18 et 39/45.C'est un manque de discernement sidérant

  • M5144843 il y a 5 mois

    ...ou sortir de l'euro,de l'europe et de l'otan!

  • M5144843 il y a 5 mois

    Le problème chez ces gens là,c'est qu'ils voient leur gagne pain s'envoler!...Ca leur fait du bien car ils nous trompent depuis le début!Pourquoi n'ont-ils jamais dit que l'etat n'est plus souverain,mais que tout se passe à Bruxelles?De fait nous n'avons plus besoin de 700 députés et sénateurs:il ne faut garder que les députés européens.