Copé va devoir corriger son image

le
0
Le nouveau président de l'UMP se défend d'avoir proclamé sa victoire de façon prématurée.

«Sûr de son bon droit.» Et, en même temps, «droit dans ses bottes», pour reprendre l'expression d'Alain Juppé. «Depuis huit jours, la détermination de Jean-François Copé n'a jamais failli. Elle se serait même renforcée, si cela était possible.» Ses plus proches collaborateurs et ses amis ont presque de la peine à reconnaître le député maire de Meaux. Le temps n'est d'ailleurs pas encore venu pour eux de tirer un bilan de cette folle semaine.

«Sûr de son bon droit» quand, le dimanche 18 novembre, à 23 h 30, Jean-François Copé prend la parole devant la presse pour annoncer sa victoire. «Nos calculs nous donnaient près de 1000 voix d'avance et c'est bien le décompte final auquel est arrivée la commission nationale des recours en proclamant son élection avec 952 suffrages de plus que son adversaire, explique Jérôme Lavrilleux, son fidèle bras droit. Il n'y avait pas de ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant