Copé : "Je suis profondément blessé"

le
0
Jean-François Copé, président de l'UMP.
Jean-François Copé, président de l'UMP.

Déjà fragilisé par les critiques l'accusant d'avoir accédé à la hussarde à la présidence du premier parti d'opposition de France au terme d'une élection contestable et contestée, Jean-François Copé est encore dans l'oeil du cyclone pour avoir accordé de très favorables contrats à la société Bygmalion dirigée par deux de ses proches Bastien Millot et Guy Alves. Depuis les révélations de notre magazine paru jeudi, le président du parti n'a pas répondu sur le fond. Que ce soit dans le plaidoyer pro domo envoyé hier aux militants de l'UMP, ou ce vendredi sur Europe 1 où Jean-Pierre Elkabbach a tenté de le pousser dans ses retranchements, Copé s'en est tenu à quelques déclarations fracassantes selon lesquelles il allait attaquer Le Point et le député Lionel Tardy qui a confirmé qu'à l'UMP "tout le monde savait". L'auditeur est donc resté sur sa faim... Des "rumeurs scandaleuses"Interrogé sur la vente à des Qatariens, alors qu'il était à Bercy (entre 2004 et 2007), d'un hôtel et du centre de conférences Kléber à Paris, à laquelle aurait participé Guy Alves, un de ses anciens collaborateurs, M. Copé pointe une "rumeur du Point absolument indigne". M. Copé a assuré sur les ondes n'avoir "jamais eu à connaître" des ventes immobilières de l'État quand il était ministre du Budget, alors que Le Point souligne qu'un de ses proches y a été impliqué. Le patron de l'UMP a également précisé qu'au moment...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant